PMU et La Web School Factory : de l’idée au projet

Mar 21

PMU et La Web School Factory : de l’idée au projet

Parmi les formats de projets développés avec les entreprises partenaires et les étudiants de La Web School Factory, on retrouve notamment le Week End Challenge : un marathon de la créativité où les étudiants ont 36h top chrono pour répondre à une problématique et proposer un concept viable à l’entreprise. Ces projets viennent nourrir des réflexions chez les entreprises partenaires et certaines des idées lauréates sont ensuite développées dans l’entreprise. Retour sur la vision d’un étudiant qui a participé à plusieurs Week End Challenge : Florian Mopin.  Florian est étudiant en 5ème année à La Web School Factory, en spécialité Technologies Numériques et en alternance chez PMU, entreprise partenaire de l’Innovation Factory.

Florian peux-tu te présenter et nous en dire un peu plus sur tes expériences marquantes à La Web School Factory ?

MOPIN-Florian-DC’est directement après mon Bac S que j’ai intégré La Web School Factory. C’est une école qui m’a directement plu, notamment pour le travail en collaboration avec de nombreuses entreprises. Pendant 4 ans j’ai ainsi travaillé sur des projets professionnalisant dont certains étaient particulièrement marquants, comme les Week End Challenge.

En première année, j’ai participé à un Week End Challenge avec PMU pour lequel nous devions imaginer un dispositif digital pour enrichir leurs données clients. Avec mon équipe, nous avions alors proposé My Way : une application mobile qui s’adressait aux néophytes, c’est à dire les personnes qui n’y connaissent rien aux paris hippiques.

L’idée était de mettre ces néophytes en contact avec les turfistes, des experts en paris hippiques pour qu’ils les aident à comprendre les bases et le fonctionnement du pari hippique et ainsi leur faire gagner de l’argent. Ainsi, le joueur qui débute dans le pari va alors suivre le turfiste de son choix, sélectionné selon un classement, et faire le même pari que lui.

Et maintenant, 4 ans plus tard, tu te retrouves en alternance chez PMU. Quelles sont tes missions ?

Je suis chargé d’Innovation au PMU, dans l’équipe de Guillaume Dolbeau qui est en charge de l’innovation pour l’entreprise. Nous travaillons sur les sujets de transformation et d’innovation sous plusieurs axes dont notamment :

  • L’identification de relais de croissance et les futurs gisements de valeur stratégiques et disruptifs en lien notamment avec des startups et partenaires externes
  • L’exploration de nouveaux territoires ou solutions en misant sur l’idéation et l’inspiration issue des collaborateurs

Mon travail consiste à repérer des startups, des nouveaux concepts, de nouveaux produits et les initiatives de demain. J’ai pour mission de tester ces projets, de développer des tests et POC sur court terme et à petite échelle, et de faire un bilan sur le fonctionnement et le potentiel de ces projets.  Ensuite, les résultats de ces tests sont partagés avec les équipes métiers, pour permettre d’envisager la suite à donner dans le développement et l’industrialisation des projets.

Parmi les projets en phase de test tu as pu reprendre le projet My Way que tu avais proposé quelques années plus tôt. Peux-tu nous dire ce qui s’est passé depuis le Week End Challenge ?

Après le Week -End Challenge de 2015, le projet My Way a été validé et un prototype de notre application a été développé par les étudiants de la Digital Tech Year de Centrale Supelec.

A mon arrivée au PMU, My Way venait d’être repensé par l’équipe innovation, convaincue par le potentiel du projet. Aussi, il a été décidé d’organiser des tests autour de l’application avec les étudiants de La Web School Factory pour valider l’intérêt et le fonctionnement.

Ainsi, en décembre dernier, nous avons organisé un test sous la forme d’un concours pour déterminer ce que les étudiants pensaient de l’application, avoir leur ressenti et leurs recommandations. Chaque joueur disposait d’un solde fictif de 200€ et devait tenter de faire les meilleurs paris pendant 2 semaines pour cumuler le plus gros solde. Trois journalistes spécialisés en courses hippiques incarnaient les turfistes et annonçaient les pronostics que l’on rentrait dans l’application et sur lesquels les étudiants pouvaient parier.

screenshot-app-neophyte

En quoi c’était particulièrement pertinent d’avoir l’avis des étudiants sur ce projet ?

Le PMU a un objectif de recruter de nouveaux clients notamment plus jeunes. Le fait de faire appel à des étudiants était donc en cohérence avec les objectifs du PMU. Ce test nous a notamment permis de faire remonter tous les bugs constatés par les étudiants et de trouver des solutions. A la fin du test on leur a demandé de nous faire des retours, sur l’application de manière générale pour notamment savoir s’ils se projetaient à l’utiliser. C’était particulièrement intéressant de faire ce test avec ces étudiants car on s’est confronté à la vision de jeunes qui ne joue pas aux paris hippiques et qui n’y connaissent rien pour la plupart d’entre eux. Certains nous ont affirmé qu’ils  pourraient mettre de l’argent sur une telle application car c’est un service qui les intéresse, d’autres ont apprécié l’aspect ludique et la compétition, mais se projetaient moins dans une logique de mises et de gains.

Quel regard portes-tu sur tes missions actuelles ?  

IMG_0328 (1)Ce que je fais au quotidien me plait, c’est un peu comme un Week End Challenge permanent : on repère, on itère, on met en place, on va voir des startups… c’est très stimulant ! J’aime travailler sur ces sujets d’innovation. En ce moment on parle beaucoup de la Blockchain, c’est un sujet qui m’intéresse donc je m’occupe d’expliquer aux collaborateurs le principe, d’identifier les startups, de les faire venir… C’est vraiment la continuité de la Web School, il y a une vraie application à ce qu’on apprend à l’école.

Et dans le futur ?

Ce qui a changé c’est qu’en arrivant la Web School je ne voulais pas du tout travailler dans un Grand Groupe. A l’époque, j’avais vraiment une très mauvaise image de ces entreprises, je voulais travailler en Start Up ou monter ma boite. La Web School Factory et les relations avec les entreprises m’ont vraiment apporté cette notion d’intrapreneuriat que je ne connaissais pas : tu peux innover dans un Grand Groupe, faire bouger les choses et tu as les moyens de le faire !