L’interview de Frédéric Champion, Directeur Open Innovation Groupe BPCE

Avr 04

L’interview de Frédéric Champion, Directeur Open Innovation Groupe BPCE

Frédéric Champion, Directeur Open Innovation Groupe BPCE, revient sur le partenariat avec l’Innovation Factory et les projets qui ont été mené jusqu’à présent.

Pourquoi ce partenariat avec l’Innovation Factory? Quelles motivations ont été à l’origine de ce partenariat ?

Frederic Champion portraitLe partenariat a été initié en 2015 par une des filiales du Groupe BPCE : i-BP (Informatique Banque Populaire) avec l’objectif de travailler différemment, en étant accompagné par des étudiants dans notre transformation digitale et en bénéficiant d’une acculturation au nouvel écosystème par le biais de nouvelles pratiques, de nouveaux concepts.

La Web School Factory nous a semblé particulièrement intéressante parce qu’il ne s’agit pas d’une école d’ingénieur au sens classique du terme. Elle forme les étudiants à être entrepreneur du digital en réunissant 3 compétences fondamentales et complémentaires : Technologie, Design et Marketing. Nous recherchions cette complémentarité pour nous ouvrir un nouvel horizon. Cela nous permet de changer d’angle de vue, de modifier notre vision du digital afin de simplifier nos processus et développer des services porteurs de valeur et de satisfaction pour nos clients, nos collaborateurs et partenaires.

À l’origine, nous avons eu une intuition. L’intuition qu’il pouvait être extrêmement constructif de travailler avec la Web School Factory et l’Innovation Factory sans toutefois avoir une feuille de route bien déterminée. Ce qui nous semblait pertinent, avant tout, c’était la porosité entre nos deux mondes : un groupe bancaire et le monde étudiant. Aujourd’hui, nous pouvons dire que notre intuition était bonne !

À quel moment, sur quel(s) projet(s), vous êtes-vous dit que ce partenariat était une bonne chose ?

Assez rapidement, nous nous sommes rendus compte que le partenariat fonctionnait très bien, car nous entretenons depuis le démarrage une excellente relation, simple et lisible. Autre signe qui ne trompe pas : les collaborateurs qui viennent ici se sentent très rapidement à l’aise, ils se sont vite intégrés à ce nouveau mode de travail. Enfin, les projets menés avec les étudiants se déroulent dans une relation extrêmement équilibrée. Nous osons nous dire les choses, ce qui nous permet d’avancer de façon positive et constructive. On arrive à sortir des concepts et des projets plus rapidement que tous seuls de notre côté.

The Lean startup Methodology (1)

Quels projets avez-vous déjà mis en place avec l’Innovation Factory ? Avec quels résultats ?

Nous avons très rapidement commencé à développer des expérimentations. Nous avons soumis aux étudiants des prototypes, maquettes, concepts et services à développer pour nos clients et partenaires.

Je citerai trois exemples de réalisations. Par le biais d’Anti Master Class d’abord, dès 2015, les étudiants ont travaillé pour nous sur le développement de prototypes pour des applications de gaming. Nous avons également travaillé avec eux sur le concept de tirelire connectée, dont une des Banques Populaires du Groupe souhaite faire une pré-série en vue de la commercialisation du projet. Les étudiants ont aussi planché sur un prototype de retrait d’argent dans les DAB sans utilisation de la carte, un concept aujourd’hui déployé.

Par ailleurs, dans le cadre du partenariat, un programme de Reverse Mentoring a été mis en place pendant six mois avec des cadres dirigeants d’I-BP.

Nous avons également organisé un Week-End Challenge avec les étudiants de la Web School Factory, de Centrale Supelec, de l’école de Design Strate et de l’ESG Finance qui sont tous présents dans les locaux de l’Innovation Factory. A dessein, nous les avons fait travailler sur un thème assez large : Comment améliorer l’expérience clients et/ou collaborateurs dans les grands moments de la vie bancaire ?

Un mois après,  lors d’un hackathon de 48 heures, 42 collaborateurs du groupe, tous métiers confondus ont planché sur le même thème. Puis, nous avons organisé une confrontation de l’équipe gagnante des étudiants avec les participants du hackathon collaborateurs.

Enfin, nous avons développé le premier projet du groupe en mode Lean Startup. Il s’agit d’offrir un service de gestion financière de compte (PFM) avec agrégation, météo compte et gestion budgétaire… ce projet a été développé dans les locaux de la Web School Factory pendant 15 mois. Les collaborateurs du Groupe BPCE travaillaient donc en permanence au sein de l’Innovation Factory et échangeaient régulièrement avec les étudiants. Nous avons aussi eu recours au format hackathon pour imaginer les services additionnels à développer pour nos clients. Ces services sont aujourd’hui disponibles sur les applis bancaires mobiles des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires.

Comme vous pouvez le constater, nous avons mené bon nombre de projets dans le cadre de notre partenariat qui a été très riche sur les 18 derniers mois !

Hackathon 2

Quelles sont vos principales sources de satisfaction de ce partenariat avec l’Innovation Factory ?

Tout d’abord, les échanges sont toujours constructifs. Il est très agréable de constater que  nous trouvons toujours des solutions sur tous les projets que nous menons ensemble.. Nous sommes, par ailleurs, très heureux de pouvoir assister aux conférences organisées par l’Innovation Factory qui sont d’un excellent niveau et pour lesquelles nous recevons de très bon feed-back de la part des participants.

Last but not least, nous sommes surtout très satisfaits de bénéficier du regard que les étudiants portent sur notre monde : un regard ouvert et lucide qui nous aide beaucoup à progresser.

Et demain ? Qu’est-ce-que vous imaginez pour le futur ? De quelle manière va vivre ce partenariat ? Quels projets concrets voudriez-vous mettre en place ?

En matière d’open innovation, nous menons une stratégie de partenariat avec le monde académique sur tout le territoire. C’est dans ce cadre que nous avons pour objectif de renforcer notre partenariat avec l’Innovation Factory, notamment en intégrant davantage d’étudiants dans nos environnements (que ce soit en stage ou en alternance) et dans nos projets.

Notre seconde ambition, c’est de donner envie aux étudiants diplômés de la Web School Factory de venir travailler avec nous et pour nous. Pour être considérés comme acteurs majeurs du digital et de l’innovation dans notre écosystème, il est primordial d’attirer de nouveaux talents issus de ces secteurs.

J’aimerais accentuer notre partenariat sur deux points. En ce qui concerne la partie Open Innovation, je voudrais développer davantage de sujets de R&D avec les étudiants, comme l’intelligence artificielle par exemple. Le second point porte sur notre rôle de transmission et rejoint la porosité entre nos deux mondes que j’évoquais précédemment. Nous pourrions, par exemple, imaginer faire intervenir des collaborateurs du Groupe BPCE dans des conférences ou même des cours au sein de la Web School Factory.

En conclusion, nous avons créé un excellent esprit de coopération qui nous a porté jusqu’à maintenant : nous avons démontré que nous pouvons faire des choses sérieuses, dynamiques, porteuses de valeur dans un environnement fun et en se faisant plaisir. C’est cet esprit que nous voulons donner à la transformation que nous sommes actuellement en train de mener au sein du Groupe BPCE.