L’interview de Cécile Lagé, Chief Marketing & Digital Officer à la Française Des Jeux

Jan 26

L’interview de Cécile Lagé, Chief Marketing & Digital Officer à la Française Des Jeux

L’interview de Cécile Lagé, Chief Marketing & Digital Officer à la Française Des Jeux

Cécile Lage2

Cécile Lagé, Chief Marketing & Digital Officer à La Française des Jeux

“L’enseignement dispensé à la Web School Factory associe véritablement marketing et technologie, touche au management de l’expérience client sur le digital. Nous avions donc un réel désir de faire travailler les étudiants sur nos problématiques.”

Quelles motivations ont été à l’origine de votre partenariat avec l’Innovation Factory ?

Le partenariat de la Française des Jeux avec l’Innovation Factory a été conclu dans un contexte de grand changement pour la Française des Jeux. Le plan FDJ 2020, dévoilé sur le campus de l’Innovation Factory est annoncé en même temps que le partenariat avec l’Innovation Factory, mettait l’accent sur deux éléments essentiels. D’une part, la Française des Jeux souhaitait mettre véritablement le client au cœur de l’entreprise. Tout le monde en parle, beaucoup le font mais cela reste néanmoins incontournable et primordial. D’autre part, ce plan annonçait la remise à plat de la stratégie digitale de la Française des Jeux. Stéphane Pallez a non seulement assumé l’existence du numérique mais souhaitait aussi en faire un relais de croissance de l’entreprise.

C’est cette situation de remise à plat de la stratégie digitale du groupe qui a conduit à ce partenariat.

Mais au-delà de ce contexte porteur, il existe d’autres raisons qui nous ont fait conclure ce partenariat, notamment l’enseignement dispensé à la Web School Factory qui associe véritablement marketing et technologie, qui touche au management de l’expérience client sur le digital. Nous avions donc un réel désir de  travailler avec les étudiants sur nos problématiques. De plus, nous avons beaucoup apprécié de pouvoir faire évoluer les termes du partenariat.

Il y a en effet une trame standard de partenariat avec des journées Open Innovation réservées aux partenaires, des ateliers avec les étudiants comme les Anti Master Class ou les Week End Challenge mais les équipes de la Française des Jeux qui travaillaient sur le partenariat avec l’Innovation Factory ont également proposé de mettre en place des sessions de Reverse Mentoring où les étudiants transmettraient leurs savoirs au personnel de la Française des Jeux. Finalement, d’autres partenaires ont fait la même demande par la suite et un programme a été mis en place. Aujourd’hui de nombreux membres du Comex ont déjà participé à une ou plusieurs sessions de Reverse Mentoring.

Quels projets concrets on déjà été mis en place ? Sur quels types d’événements ?

Les étudiants de la Web School Factory ont déjà travaillé lors d’une Anti Master Class sur notre offre actuelle. Ils ont réalisé pour nous un audit de l’offre numérique de la Française des Jeux en apportant un regard critique et constructif en formulant des recommandations sur les points à améliorer.

Prochainement, la Française des Jeux organise avec l’Innovation Factory un Week End Challenge. Le brief est simple : « Comment inciter à jouer au loto des jeunes de 18 à 35 ans ? » C’est une question très importante pour la Française des Jeux qui est confrontée à deux problèmes majeurs : sa faiblesse en matière de digital et son faible taux de jeunes joueurs.

“On attend des étudiants qu’ils nous réveillent le Loto !”

On sait grâce à des études qu’en matière de loto ce n’est pas le produit qui pose problème mais l’accès à l’offre. Aux étudiants donc de nous proposer des solutions : on attend d’eux qu’ils nous réveillent le Loto !

Nous avons également un autre grand projet en cours, un Lab conjoint avec Asmodée qui nous permettra de travailler sur nos problématiques communes de jeu et de digital.

Qu’est-ce-que vous imaginez pour le futur ? Des projets que vous aimeriez mener à bien ?

Les idées vont venir en avançant. Le partenariat Française des Jeux /Innovation Factory date de quelques mois seulement et le champ des possibles reste à explorer. On ne mesure pas encore tous les bénéfices que l’on va tirer de ce partenariat même si l’on se doute déjà que l’apport des étudiants sera complémentaire de l’apport de nos équipes internes.

Nous avons besoin de créer des premiers succès issus de ce partenariat. Nous comptons sur notre premier Week End Challenge pour cela !