Blog

Mar 27

Inventer son alternance : Ephemeo s’est installée pour un an à la Société Générale

À l’origine de ce projet un peu fou et résolument novateur, il y a trois étudiants de La Web School Factory : Hippolyte Lenfant, Maylis Callier et Morgane Tanguy. Ces trois factoriens qui ont choisi la Majeure Design sont en 5ème et dernière année pendant laquelle ils se doivent de suivre leur cursus en apprentissage. Au lieu de répondre à une annonce et de réaliser les missions décrites dans la fiche de poste, ils ont décidé d’inventer leur alternance et de proposer eux-mêmes les missions qu’ils aimeraient réaliser. Focus sur une alternance hors norme et des alternants aussi proactifs qu’indépendants.

Ephemeo Photo 1

Hippolyte Lenfant, Maylis Callier et Morgane Tanguy

Inventer son alternance : au-delà de la volonté de bousculer les codes

Cette alternance d’un nouveau genre, elle s’est imposée à l’esprit de nos factoriens pour trois raisons, toutes très bonnes et toutes mûrement réfléchies.

Un trio de charme

D’abord, Hippolyte, Maylis et Morgane souhaitaient travailler ensemble. Et pas seulement par désir de ne pas se séparer. « On voulait vraiment faire quelque chose tous les trois » insiste Maylis, pour qui le trio a une réelle légitimité : « on a travaillé ensemble de nombreuses heures sur de nombreux projets ».

Morgane explique « on se connaît bien et on est complémentaire. On s’apporte énormément et on se remet en question l’un l’autre. Notre force vient aussi du fait que l’on n’évolue pas sur les mêmes terrains de jeux. Chacun a ses spécialités et domaines de prédilection ». Hippolyte s’intéresse beaucoup à la notion de plaisir dans le travail. Maylis est particulièrement sensible aux problématiques relevant de l’économie sociale et solidaire. Morgane envisage elle d’abord le travail comme une façon de découvrir les choses, d’apprendre, de tester, de faire des expériences.

3 profils

Portraits des trois étudiants tirés de la plaquette de présentation d’Ephemeo

Une agence tous risques

C’est donc tout naturellement que les trois étudiants ont décidé de proposer leurs services en tant qu’agence.  « Une évidence qui justifiait aussi le fait qu’on soit trois ! Seul, le travail n’est pas faisable, à deux on n’est pas toujours d’accord, tandis qu’à trois il y en a toujours un pour départager » explique Hippolyte.

L’agence s’appelle Ephemeo. « On cherchait à mettre en avant le côté éphémère » précise Morgane qui poursuit « Eo, c’est une onomatopée qui renvoie à l’idée d’interpellation, de mouvement. Ça montre bien qu’on veut faire bouger les choses, aller de l’avant ».

« Une agence, c’était aussi une manière de légitimer notre offre » souligne Hippolyte qui reconnaît : « On leur proposait l’inconnu. Notre proposition reposait sur un discours un peu osé : engagez-nous, on va résoudre des problèmes, mais on verra plus tard lesquels et comment. »

Une vision grand angle

« Notre désir d’inventer notre alternance et de proposer à une entreprise de nous recruter sous la forme d’une agence interne est venu du fait que ce que nous recherchions, on ne nous le proposait pas » explique Hippolyte. Maylis précise « le design, ce n’est pas seulement du web graphisme et du design d’interface. On a tellement plus à offrir ». Morgane continue : « l’école nous a appris à faire plein de choses. On prépare un double diplôme : un diplôme en Management de l’Innovation du Numérique à La Web School Factory et un diplôme de Designer Industriel lié à notre Majeure, en partenariat avec l’école de Design Strate ».

Selon Morgane, « les entreprises ne savent pas ce qu’on fait et de quoi nous sommes capables de proposer, particulièrement en Design. On se vend comme des designers et pas comme des designers d’interface ou des designers web ». « Les solutions que nous proposons peuvent être web, physiques, mobiles, en fonction de la problématique » renchérit Maylis.

Faire accepter son projet : un défi relevé haut-la-main

Un projet pour combler le décalage entre les missions proposées et les aspirations des étudiants

Il existe, surtout en Design, un véritable décalage entre les attentes des entreprises et des étudiants qui ne se retrouvaient pas dans les fiches de poste qui leur étaient proposées.  Cela conduit à beaucoup de frustration qu’Hippolyte exprime ainsi : « On voulait faire passer le message à nos futurs employeurs qu’on pouvait les aider sur 100 % des choses que l’on sait faire et pas seulement sur les 10 % qu’ils nous proposent de faire ».

L’Anti-forum : les propositions des étudiants aux entreprises

Pour faire connaître leur travail et leurs compétences, les trois étudiants ont profité de l’Anti-forum, cet événement organisé par l’école, durant lequel les étudiants proposent des fiches de poste aux entreprises. Ils y ont présenté un catalogue de leurs prestations expliquant ce qu’ils étaient capables de faire, avec des exemples portant sur les problématiques des différentes sociétés présentes sur le forum.

Une société séduite par cette nouvelle forme d’alternance 

La réaction de la part de la Société Générale ne s’est pas faite attendre et Flore Jachimowicz, Directrice Associée à la direction de l’innovation du groupe Société Générale, aujourd’hui leur tutrice, a été séduite : « J’ai trouvé très intéressant d’expérimenter cette forme d’alternance et c’était possible avec La Web School Factory, donc on n’a pas hésité ».

IMG_1653

Flore Jachimowicz, Directrice Associée à la direction de l’Innovation, sur le Plateau dont elle est en charge

Ephemeo à l’assaut du Plateau

Trouver sa place et sa fonction

L’alternance qui a démarré lé 16 octobre 2017 dure un an sous la tutelle de Flore Jachimowicz, à la direction du Pôle Innovation de la Société Générale, également en charge du Plateau, 1 000m2 dédiés à l’Open Innovation en mode start-up.

Pour la Responsable du Plateau et des Partenariats, « Ephemeo est une équipe ressource sur le Plateau à destination de ses résidents ». Le Plateau a pour objectif d’apporter des ressources aux équipes internes de la Société Générale pour accélérer leur projet. Ces dernières peuvent être de plusieurs natures :

  • Espace, lieu ;
  • Ressources matérielles : ordinateurs équipés de logiciels de prototypage rapide, mixage, etc ;
  • Accès à une communauté de partenaires VC, des mentors, etc ;
  • Accès à une équipe dédiée ;
  • Accès à de la facilitation.

C’est ce dernier point qui nous intéresse particulièrement. La Directrice Associée à la Direction de l’Innovation explique en effet que le Plateau ne comptait pas d’équipe spécifique en interne mais s’appuyait beaucoup sur des partenaires. « On s’est rendu compte que ce serait pertinent d’avoir une équipe interne, une équipe à laquelle la Société Générale pourrait venir demander de l’aide sur du Design au sens large » précise Flore qui poursuit : « C’est comme ça que nos trois étudiants sont arrivés ! »

Le mode de fonctionnement de la jeune agence

Les équipes de la Société Générale comme les start-ups hébergées sur le Plateau rentrent avec une problématique. Pour y répondre ils ont la possibilité d’entrer en contact avec Ephemeo qui répond comme une agence aux clients en interne.  « Ils organisent ateliers et animation d’atelier puis synthèse de livrable » explique Flore Jachimowicz.

Le rôle d’Ephemeo, c’est avant tout de « déconstruire la problématique, trouver des pistes de réflexion et aider ceux qui nous ont sollicités à formuler une réponse » précise Morgane, « surtout pour les start-ups et projets en train de se monter. Car pour les start-ups les plus avancées : on leur fait carrément déconstruire leur projet. On leur demande de réfléchir et de remettre en question tout ce qu’ils ont créé jusque-là (en quelques mois, quelques semaines ou quelques années selon le projet): pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi l’avoir fait de cette manière ? Pour qui ? », Maylis résume le rôle d’Ephemeo ainsi : « vérifier la cohérence entre le produit ou le service proposé et les personnes auxquelles ils s’adressent ».

Les réponses possibles d’Ephemeo à une problématique client sont très variées : organisation de workshop, ateliers de Design Thinking, travail de designer au sens graphiste du terme (formalisation de charte, travail sur l’identité de marque, design d’interface que ce soit appli mobile, site web ou print).

« Ils fonctionnent de manière assez autonomes » souligne leur tutrice d’alternance. « À eux de prendre le brief, de faire une proposition et de voir comment ils s’organisent et mettre en place des ateliers, workshops, etc. »

Les différentes missions remplies par Ephemeo

Ephemeo, depuis octobre 2017 a déjà rempli avec succès de nombreuses missions. Nos trois étudiants ont en premier lieu établi un catalogue de prestations qu’ils seraient susceptibles de remplir à destination des start-ups du Plateau. Ils ont également formalisé le kit de bienvenue des résidents sur le Plateau. Ils ont aussi répondu à plusieurs sollicitations de résidents. Par exemple, une start-up, avec leur aide, a complètement refondu sa charte graphique et son positionnement.

Ephemeo après 4 mois de présence sur le Plateau a déjà travaillé pour la branche assurance et la branche des risques, touchant ainsi plusieurs grands métiers du groupe.

« D’ici la fin de l’année, on va pas mal les faire travailler sur le soutien aux intrapreneurs dans le cadre de l’Internal Start-up Call » précise Flore Jachimowicz. « Ils auront un vrai rôle de soutien à prendre pour aider les équipes à concevoir et formaliser leurs offres de produits et services » explique-t-elle.

bureau

Les locaux de la Société Générale à Val-de-Fontenay, où est hébergé le Plateau

Ephemeo : le succès au rendez-vous

« Je n’ai que des bons retours. Les gens sont contents et ça se passe très bien » s’enthousiasme leur tutrice qui ne tarit pas d’éloges à propos des Factoriens : « Ils sont carrés et ont une formation très polyvalente. Ils touchent à tout avant de sélectionner leur Majeure et ça se ressent car ils ont une vision très transversale des problématiques. De plus, on sent qu’ils ont eux-mêmes pratiqué la facilitation dans leur scolarité, travaillé de façon très agile avec leurs professeurs. La qualité de l’enseignement est là aussi. Résultat : ils enrichissent les projets qu’on leur soumet avec une vision très rafraîchissante, ils challengent beaucoup les projets aussi. »

Ephemeo se dit « fière de tous ces bons retours et particulièrement heureuse de rencontrer de nouvelles personnes qui font appel à ses services grâce aux recommandations d’anciens participants ».

L’indépendance et l’autonomie des étudiants est aussi très appréciée de leur tutrice même si cette qualité doit aussi amener à rester vigilant. « Ils fonctionnent bien tous les trois et ça tourne bien donc il faut être attentif à garder le contact avec eux pour mener à bien sa mission de tuteur » précise Flore Jachimowicz.

Ephemeo Photo2

Quand on demande à Maylis, Morgane et Hippolyte s’ils envisagent ensuite d’ouvrir une agence tous les trois, ils s’en amusent et répondent « Pourquoi pas ?! », avant de préciser « Enfin, on vient juste de commencer et on ne sait pas encore comment ça va finir ! »