Your address will show here +12 34 56 78
Rendez-vous partenaires

Quels impacts des objets numériques ? Pourquoi faut-il modifier nos usages ? Comment créer de nouveaux services ou modifier l’existant ? Comment être acteur de cette nouvelle économie ? Ce sont les questions auxquelles nous avons tenté de répondre avec nos intervenants et entreprises partenaires lors de notre Open Day dédié aux tendances Low Tech et Green Tech.


Prise de conscience de l’impact écologique des technologies numériques et éveil sur les tendances de fond des Low et Green Technologies


Aborder le sujet des Low Tech, c’est d’abord questionner et comprendre l’environnement numérique qui évolue et bouscule sans cesse nos habitudes de vie et de travail. Pour nous éclairer sur le sujet, nous avons eu le témoignage de Gauthier Roussilhe, Designer et Expert du numérique : « Horizon 2025 on sera à 5% de l’énergie mondiale qui ira dans le numérique… ” 

Le constat du poids du numérique fait naître des objectifs de transition écologique qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre et donc la consommation énergétique et le nombre de données que l’ont fait circuler numériquement : “Aujourd’hui, on vise un objectif de société en passant de 11 tonnes à 2 tonnes de carbone consommé par français par an”, souligne Gauthier Roussilhe. 

Pour réduire cette consommation par individu et ce coût environnemental, il est nécessaire de créer des outils permettant de mieux nous situer dans une chaîne de valeur, de mesurer et de comprendre comment réduire notre impact numérique.

C’est l’objectif de l’extension navigateur développée par Richard Hanna appelée Carbonalyser, qui permet d’estimer en temps réel l’impact énergétique et le nombre de données émise par notre navigateur. 

Le Programme Reset, quant à lui, intervient auprès des acteurs du numérique. Présenté par Jacques-François Marchandise, Délégué Général de La Fing ce programme est né au sein de La Fondation Internet Nouvelle Génération, et invite les acteurs à réfléchir sur la remise en question du numérique, à le transformer, et le réadapter à de nouveaux enjeux contemporains. 

Les métiers de la fabrication et du développement numérique au premier rang 

Le fabricant de technologies numériques a lui aussi sa part de responsabilité et c’est ce que nous a prouvé Joséphine Vuillard, Responsable Communication et sensibilisation pour Halte Obsolescence, en abordant avec nous l’écoconception : “La construction d’un smartphone de 70 grammes nécessite l’extraction de 70 kilos de matières première » et la volonté de l’association de lutter contre l’obsolescence programmée. Comment ? En agissant directement auprès des fabricants en les accompagnant vers des modèles économiques plus vertueux et en réfléchissant avec eux à des solutions de durabilité des produits. 

Les développeurs voient également leurs métiers s’adapter à ces nouveaux enjeux écologiques et économiques. L’apparition de l’outil Greenspector, il y a 4 ans, permet aux développeurs de mesurer rapidement et facilement la connectivité et les données logiciels.

Le Greenspector est un outil assez simple qui va s’insérer dans les scripts de tests en intégration continue et va permettre de mesurer la ressource, l’énergie d’une page, d’un écran… À partir de cette mesure, on va projeter cette énergie, ces données vers des équations équivalent CO2” souligne Thierry Leboucq, VP Président Greenspector

François Bessaguet, Directeur Technique Sopra Steria, a abordé avec nous la construction d’une application en utilisant le moins de code possible, une technique qu’on appelle Low Code soit 70% du code produit par la machine, 30% du code produit par le développeur. L’intérêt du low code est la pérennisation du code, un langage de 3ème génération qui à terme pourra produire du code plus securisé, plus écologique et plus efficace.

La machine fait ce qu’on lui demande. On lui enseigne les règles du green et elle le fait partout… Cette technique implique l’évolution du métier de développeur et chez Sopra Steria on va lui apporter une pédagogie et un accompagnement”. @François Bessaguet


Le rôle de l’entreprise ? Montrer l’exemple

Il y a une nouvelle économie à imaginer sur un autre paradigme qui pourrait être infusée de Low Tech. Le rôle des entreprises ? Montrer l’exemple car l’entreprise est un acteur phare et clé de ce système”, Quentin Mateus, membre du Low Tech Lab

Un Open day qui a permis à chacun de mesurer l’impact et les enjeux de ces sujets pour l’entreprise.Merci à tous pour le succès de cet Open Day !
0

Espaces en location, Rendez-vous partenaires

Installé depuis début janvier rue Didot, dans le 14e arrondissement, le premier cluster du numérique de Paris propose de nouvelles salles modulables en location pour tout type d’événements professionnels.



Un lieu hybride propice à l’innovation 

2000 m2 de surface, un couloir de 120 mètres, des salles de cours, des espaces privés et/ou en coworking attelés à des cuisines partagées, on peut dire que pousser les portes du 96 rue Didot à Paris nous plonge dans une ambiance particulière et propre à l’Innovation Factory : celle du mode projet et de cette pédagogie innovante tournée vers la collaboration entre l’entreprise et l’étudiant. 

Il faut dire que l’association née en 2013 a bien grandi. Avec aujourd’hui plus de 35 partenaires au sein de son écosystème, l’Innovation Factory poursuit le développement de projets, d’événements, de formation mais également d’espaces, toujours en co-construction avec les entreprises.  

« Déménager en plein cœur de Paris, au Campus Didot c’est rester fidèle à notre rôle d’acteur de l’innovation. Aujourd’hui l’Innovation Factory partage ses espaces avec son école fondatrice, La Web School Factory, et nos formations : CFEE et La Tech&Code Factory. De par cette proximité avec ces acteurs, nous sommes tous les jours dans un véritable lieu de vie : un carrefour de l’innovation où se rencontrent étudiants, intervenants, startups, grand groupe et experts du numérique » Anne Lalou, Présidente de l’association.  




7 espaces disponibles à la location pour les entreprises

Une envie de travailler (seul ou en équipe) et bousculer ses habitudes de travail ? Un besoin de trouver un lieu unique pour l’organisation de tout types d’événements entreprises ?


L’Innovation Factory met en location pour les professionnels, 7 espaces partagés et/ou privés :


Des Salles Projet, pouvant accueillir jusqu’à 24 personnes, pour l’organisation d’ateliers workshop ou de journées de brainstorming ;


Des Grandes Salles Projet, accueillant chacune jusqu’à 60 personne, idéales pour l’accueil de grands événements professionnels ;

Une Salle Formation, dotée de 18 places assises, pour l’organisation de journées de formation, ateliers de développement personnel ou réunions d’équipe ;

Un Bureau en Coworking, offrant 16 postes de travail et donnant sur l’atelier Fab Lab de La Web School Factory, pour bousculer ses habitudes de travail. 



Pour en savoir plus sur la location ou réserver une des salles de l’Innovation Factory contactez directement l’équipe de l’association par mail à : contact@innovationfcty.fr 

0

Rendez-vous partenaires

C’est un nouvel Open Day qui s’est déroulé avec nos entreprise partenaires ce mercredi 02 octobre. Cette demi-journée d’échanges est l’un des événements phares de l’Innovation Factory qui ne cesse d’élargir ses interventions pour traiter des sujets incontournables de l’innovation.

Organisé à la maison RATP, lieu d’innovation du Groupe, cet Open Day de rentrée dédié au sujet de la Blockchain a attiré partenaires de l’Innovation Factory, startups, experts, passionnés de digital et curieux, souhaitant en savoir toujours plus sur cette technologie de stockage et de transmission d’information. 

Nous avons pu compter sur la présence de Vincent Remon, Leader Solutions et Blockchain chez OnePoint, notre partenaire, pour animer le débat et apporter son expertise sur les différentes thématiques traitées.

Le déroulé de ce passionnant Open Day : 

Fondements et panorama de la Blockchain

  • Coding Days, l’organisme de formations professionnelles qui propose des ateliers de découverte et d’approfondissement sur la Blockchain, était présent pour nous ouvrir sur le sujet et nous donner de premiers conseils.

  • Pablo Valles, Consulting Lead chez ConsenSys, le studio de production de projets Blockchain lancé d’abord en 2014 à New-York, nous a offert un panorama des grandes tendances « réalistes » dans l’utilisation de la Blockchain : « Aujourd’hui vous êtes connecté(e)s à-peu-près à 200 services en ligne et vous avez autant d’identités numériques ».


Quelles utilisations de la Blockchain ? 

« Le but aujourd’hui pour la Blockchain est de créer des solutions opérables dans toutes les activités » @Arnaud Grisard, COO chez OWNEST

Vincent Pignon, Fondateur et PDG du Groupe Wecan, nous est venu tout droit de la Suisse pour nous présenter plusieurs cas d’usage de la Blockchain et notamment au sein des domaines d’activités du vin, du luxe et de la médecine. Un discours qui s’est orienté sur les 3 marques du Groupe, Wecan TokenizeWecan Accelerate et Wecan Fund, qui proposent respectivement une offre permettant de transformer n’importe quel actif en token, une plateforme de compétences blockchains et une une solution de crowdfunding.

La Blockchain illustrée jusque dans la transition énergétique, c’est ce que nous a fait comprendre Julien Bourdette, CTO chez TEO (The Energy Origin), une start-up incubée au sein du Groupe Engie qui apporte de la transparence sur l’origine de l’électricité verte grâce à la Blockchain. 


  •  

« Au-delà des cas d’usages métiers, il y a des sociétés qui tendent à simplifier les codes de la Blockchain » @Vincent Remon, Leader Solutions et Blockchain chez OnePoint

Blockchain Studio, est né d’un projet chez Engie avec cette volonté d’infuser auprès des collaborateurs ce qu’était la blockchain. Aujourd’hui, cette start-up, présentée par son fondateur Corentin Denoeud, propose un outil, permettant de gérer la connexion entre l’entreprise et la Blockchain elle-même, et à n’importe quel développeur de gérer la sécurité, les outils de compliance et les coûts. 

Chez Ownestla technologie Blockchain est utilisée pour rétablir la confiance dans la supplychain. Son application va apporter un contrôle de la transparence et une responsabilisation sur le terrain, et son dashboard va suivre les actions en temps réel pour le manager. 

  • Quelles problématiques pour la Blockchain ? Quelle législation ? Xavier Lavayssière, Blockchain Regulation Researcher et Entrepreneur a clôturer cet Open Day sur les aspects légaux et cultures de cette technologie et clôturer.




Merci à tous pour votre venue et le succès de cet OpenDay !

 

0

Rendez-vous partenaires
Le 09 mars dernier, nous avons donné rendez-vous aux partenaires de l’Innovation Factory pour un nouvel Open Day. Au programme de cette demi-journée : une analyse des tendances en matière de Fintech, Insurtech & Blockchain.

L’après-midi a débuté avec l’intervention de Partech Ventures qui nous a éclairé sur les tendances en matières de Fintech. La finance représente aujourd’hui un marché considérable mais qui accumule du retard dans la proposition de produits innovants. L’émergence des Fintech témoigne néanmoins de la capacité d’innovation dans ce secteur et vient remettre en cause les économies d’échelle actuelles. Les Fintech se développent en effet dans tous les domaines, de la gestion d’épargne au prêt pour les particuliers, en passant par le financement des entreprises ou le paiement en ligne. Malgré une croissance relative des Fintech en Europe, les banques prennent de plus en plus conscience du phénomène.

Nous avons poursuivi l’après-midi par les interventions de professionnels du domaine :

Présentation de la Start Up Kantox : une solution de gestion de devises principalement pour les PME, qui donne des informations en temps réel sur les taux de change, la mesure des risques, l’état du marché du taux etc… Sur un marché à tendance opaque, Kantox souhaite apporter une transparence dans ce domaine des devises et proposer des taux intéressants aux entreprises.

Présentation du concept de Compte Nickel : un compte qu’on ouvre en quelques minutes chez son buraliste, qui donne accès à une carte de paiement, la possibilité de faire des virements, d’installer des prélèvements sans frais bancaire et pour 20€ par an. Une véritable solution de compte bancaire alternatif qui séduit par ses avantages : la simplicité, la rapidité, un contrat simple & court et une offre ouverte à tous dans la mesure où le découvert n’est pas possible.
0

Rendez-vous partenaires

Le 03 avril dernier, nous avons donné rendez-vous à nos entreprises partenaires pour un Open Day inédit consacré à l’Intelligence Artificielle et co-organisé avec Partech. Cet événement, qui a pris place au sein du Partech Shaker, a permis de faire le point sur les avancées en matière d’Intelligence Artificielle.

Les Open Day sont des demi-journées exclusivement réservées à nos entreprises partenaires dont l’objectif est de mettre en lumière un sujet, explorer différents points de vue et assister à des échanges approfondis avec des experts et des startups du domaine.


Nous avons ensuite eu l’intervention d’Alexandre Lebrun, qui a dirigé la branche ingénierie du laboratoire de recherche fondamentale de Facebook (FAIR) et qui est aujourd’hui aux commandes de Nabla. Il est intervenu sur les « does and don’t de l’IA en entreprise ». Un point de vue très pertinent qui a permis de décrypter les échecs de l’IA,  les facteurs de réussite du Machine Learning et d’apporter sa vision des applications de l’IA dans les entreprises.

C’est Philippe Collombel, Managing Partner chez Partech qui a introduit cet Open Day pour nous rappeler la différence entre IA,  Machine Learning et Deeplearning. L’occasion de faire un point détaillé sur les avancées technologiques dans différents domaines.

Les participants ont ensuite pu assister à la présentation de 6 start-ups sélectionnés pour l’occasion : Qopius (solution IA pour le retail qui propose une reconnaissance d’images avancées), Destygo (un agent conversationnel pour créer des expériences 2.0), Riminder (focus RH pour aider les entreprises dans le traitement des candidatures grâce à un logiciel), Veesion (spécialisée dans la question de la démarque inconnue dans le retail et dans la détection des actes de vol), Joko (une application qui récompense l’utilisateur grâce à la donnée bancaire) et Quantcube (IA & intelligence économique : une solution qui propose des prévisions macroéconomiques grâce au Big Data).

Nous avons clôturé cet Open Day inédit avec Antoine Bordes, Directeur du Laboratoire d’Intelligence Artificielle de Facebook, pour nous parler de ses travaux de recherche. Cet Open Day passionnant a pleinement répondu à son objectif : faire le point sur les avancées significatives en matière d’Intelligence Artificielle et dans différents champs d’activités.

0

Rendez-vous partenaires

Ce  mercredi 13 décembre, nous avons convié notre écosystème dans les locaux de La Française des Jeux, notre partenaire, pour un Open Day dédié à l’intrapreneuriat : une nouvelle forme d’entrepreunariat que l’on voit se développer au sein de nombreuses entreprises et sous différentes formes. Pour nous éclairer sur le sujet, des collaborateurs issus des entreprises partenaires de l’Innovation Factory sont venus témoigner sur leur expérience intrapreneuriale. De ces différents retours d’experience en ont découlé les clés de succès et les limites de ce format.

Nous avons débuté cet Open Day par le témoignage du Groupe Française des Jeux, sur son programme d’intrapreneuriat avec l’accélérateur TechStars. Pour l’occasion, Emilie Bourderioux, Responsable Innovation était accompagnée par Sandrine Lefevre Calmet, Responsable expérience clients grands comptes – Intrapreneuse et Benjamin Ispenian, Intrapreneur-Innovation qui ont pu donner leur ressenti sur ce programme. Un retour d’expérience complété par Charlotte Dekerf, Disruptive Activist, du Groupe AccorHotels, qui est intervenue sur les points de divergence du programme pour AccorHotels.

L’après-midi s’est poursuivi par le retour d’expérience de Géraldine Gion, Directrice adjointe innovation et nouveaux métiers chez Nexity, venue nous parler de la création du Start-Up Studio de la société ; un accélérateur qui permet de faire émerger des projets d’intrapreneuriat en moins de 4 mois ! Nous avons continué cet Open Day par le témoignage de Sandrine Delage, Head of Change Makers & Prospective chez BNP Paribas. L’occasion pour nous d’en savoir plus sur le programme d’intrapreneuriat du Groupe : PeoplesLab4Good et sur l’initiative Intrapreneurs4Good qui en a découlé.


« Il y a plusieurs programmes d’intrapreneuriat au sein du groupe, et nous avons créé le hashtag dont l’objectif est de relier tous les programmes intrapreneuriaux qui sont les portes ouvertes de l’innovation et de la transformation…». Sandrine Delage

Après une visite du Lab Innovation de la Française des Jeux, Flore Jachimowicz, Directrice Associée à la Direction de l’Innovation et Responsable du Plateau Société Générale, et Nicolas Tridémy, Leader Innovation au Plateau nous ont parlé de cet espace dédié à l’Open Innovation en mode start-up  et de l’Internal Startup Call, le grand programme d’intrapreneuriat lancé par la Socgen pour booster l’innovation et l’agilité.

Deloitte et son Directeur Innovation et Facilitateur Philippe Benmoussa étaient également présents pour nous parler de la place que prend l’intrapreneuriat dans le Groupe : « Chez Deloitte, on peut venir taper à la porte de l’équipe Innovation toute l’année.  Notre métier est aussi d’accompagner l’intrapreneuriat et de sélectionner les bons outils ». Philippe Benmoussa a conclut par le succès du Challenge D. For Future, lancé en juin auprès de tous les collaborateurs pour inventer le Deloitte de demain.

Nous ne pouvions pas parler d’intrapreneuriat sans mentionner le programme CFEE, soutenu par l’Innovation Factory, qui forme à l’intrapreneuriat et soutient les entreprises dans leur transformation digitale par des actions concrètes et mesurables, en collaboration avec des étudiants. Après une présentation du programme par Anne Lalou, Présidente de l’Inovation Factory et François Pumir, Directeur de Projets, c’est Odile Journy en charge du développement RH chez ODDO BHF, entreprise participante au programme, qui a témoigné et nous a confié que : «  Le premier bilan avec CFEE  est très positif pour les apprenants et l’ensemble des collaborateurs et nous commençons à mettre en place la diffusion de ces nouvelles manières de travailler ! ».

Cet Open Day a été l’occasion de faire un véritable bilan des initiatives qui émergent dans nos entreprises partenaires, de confronter les points de vue et les arbitrages de chacun.


Merci à tous pour le succès de cet Open Day et à la Française des Jeux pour son accueil ! 

0

Rendez-vous partenaires

Le 25 septembre, nous avons donné rendez-vous à nos partenaires pour participer à notre premier Open Day de l’année dédié au peer-to-peer : le modèle collaboratif de pair-à-pair qui est ancré dans notre quotidien et bouleverse le monde du travail. L’occasion de comprendre l’impact et l’usage du peer-to-peer dans les entreprises et de recueillir les témoignages d’experts et de startups sur ce sujet.

L’après-midi a débuté par l’intervention de Eric Raffin, Fondateur de Matters Startup Studio, qui a lancé en 2018 une plateforme consacrée au peer-to-peer : TeamStarter. Elle permet à chaque collaborateur de créer et de financer des projets en interne par la mise en place d’un budget mensuel, alloué par leur entreprise.

Nous avons poursuivi avec Diane Lenne, Fondatrice de We Are Peers, qui, avant de rentrer dans le vif du sujet, a demandé à nos participants de trouver avec leurs voisins le maximum de points communs en 3 minutes. L’enjeu ? Déterminer les connaissances qui les lient, pour pouvoir ensuite les inviter à se rendre sur la plateforme wap.live de We Are Peers, et entrer leur définition commune du peer-to-peer. L’objectif de wap.live est de matcher les collaborateurs entre eux pour faire ressortir leurs connaissances et leur permettre de créer eux-mêmes leurs propres cours, tutoriels pour ainsi s’enseigner les uns aux autres.

Nous avons également eu le plaisir d’accueillir Thibaut Gimenez,  Co-Fondateur de Stample, qui nous a parlé de cet outil dédié à à la montée en compétence des collaborateurs, à la veille partagée, à l’édition de contenus, répartis dans des espaces thématiques. Il nous a également présenté plusieurs cas d’usages afin de comprendre comment réussir le déploiement d’un projet peer-to-peer en entreprise, les erreurs les plus fréquentes et les principales raisons d’échec.

Notre quatrième intervenant, Thibaut Chambon, Head of Sales de SpeachMe, nous a fait découvrir ce logiciel qui permet aux salariés d’entreprise de partager leurs expertises en vidéo et ainsi de renforcer le patrimoine de connaissance de leur entreprise. « Il y a beaucoup de définitions du peer-to-peer, mais j’aime bien celle qui consiste à dire que le peer-to-peer est le partage entre plusieurs personnes de quelque chose de matériel ou immatériel ».

Son témoignage s’est poursuivi avec celui de Faustine Duriez, Fondatrice et CEO de CocoworkerCette entreprise nouvelle génération améliore la qualité de vie au travail grâce à son application de reconnaissance en peer-to-peer, basée sur les soft skills : Kiff. Également perçu comme un outil collaboratif, Kiff est « une bonne base pour développer les relations, travailler l’estime de soi et prendre conscience de ses points forts ». Faustine Duriez rajoute : « Nous sommes en train d’ancrer une culture du feedback dans le temps et nous transformons durablement l’entreprise grâce à notre système qui récompense les comportements. Kiff by Cocoworker est très engageant, c’est une innovation managériale ».


Pour animer cette fin d’Open Day, nous avons également tenu à convier Matthieu Fouquet, Secrétaire Général et Partner RH de onepoint, groupe partenaire de l’Innovation Factory. Il est venu notamment nous présenter en détails « feedback », un outil développé en interne, qui  révolutionne le système d’évaluation de fin d’année du groupe, en nous parlant aussi de son organisation en collectifs ouverts.

0