Your address will show here +12 34 56 78
Collaborations étudiants - entreprises
Asmodee est partenaire de l’Innovation Factory et bénéficie d’un accompagnement sur ses problématique, notamment via des projets menés avec les étudiants de La Web School Factory.

En 4e année, les étudiants travaillent sur un projet avec Asmodee. Par équipes, les étudiants imaginent des projets pour répondre à une ou plusieurs problématiques formulées par Asmodee. Après une phase d’observations et de recherche, les étudiants utilisent la méthode du Sprint Design pour proposer un prototype.

En 2017, les étudiants ont eu a explorer 4 jeux différents via 2 approches différentes pour travailler durant 5 mois à l’élaboration d’un concept autour du physique et du digital. 

« Qu’est-ce-que le jeu de société sur le digital ? Comment réfléchir à un environnement multi-supports ? L’Innovation Factory nous aide à trouver des réponses au travers de la création de programmes spécifiques autour de nos métiers réunissant des étudiants du campus et des experts. » Stéphane Carville, Président du Groupe


Pari réussi pour Asmodee qui poursuit sa collaboration avec les étudiants sur de nouveaux projets. Les collaborations avec Asmodee ont donné naissance à plusieurs projets au sein de l’entreprise. Plusieurs jeux ont notamment été digitalisés, suite aux retours et propositions des étudiants. 

0

Collaborations étudiants - entreprises

Souvenez-vous, du jeudi 04 au samedi 06 octobre 2018, la RATP avait fait appel à l’Innovation Factory et à La Web School Factory pour organiser son premier week-end challenge au sein même de l’école de management du numérique. Avec pour problématique «Comment renforcer le lien entre la RATP et ses voyageurs ?», le Groupe avait vu naître des idées de projets proposant aux voyageurs une nouvelle expérience de transports en commun.


Le projet « Tranches de vie » récompensé par le jury

L’équipe gagnante de ce marathon de la créativité avait proposé au Groupe un dispositif pour raconter des moments de vie en lien avec les stations et les quartiers où l’on se situerait, sous forme d’inscriptions sur le sol. Placer l’humain au cœur de l’expérience client, s’approprier l’espace, intriguer, divertir, faire sourire, sont autant de motivations qui ont permis à l’équipe d’imaginer ce projet :

« Je pense que la simplicité et l’évidence de ce projet sont des raisons importantes pour lesquelles le jury a accroché. Celui-ci met en exergue la longue histoire des parisiens avec leur entreprise de transport et ouvre de nouveaux canaux de discussion avec la RATP et entre les parisiens eux-mêmes » explique Maxime Schneider, étudiant de 3ème année en majeure Technologies Numériques à La Web School Factory, et membre de l’équipe gagnante.

Cette expérience unique à chaque station est aujourd’hui en cours de développement dans l’entreprise.

Être partenaire de l’Innovation Factory et pouvoir proposer ces projets de collaboration avec les étudiants, comme le Week-End Challenge, sont bénéfiques et dynamisants pour le Groupe RATP. Défier les étudiants à proposer en 36 heures un concept venant répondre à notre problématique, nous a permis d’imaginer de nouvelles propositions pour nos voyageurs. Aujourd’hui, le projet « Tranches de vies » est en cours de développement et sera déployé en 2020”, ajoute Stéphane Caristan, Délégué Recherche et Innovation @RATP

Ce Week End Challenge est l’illustration d’un concept étudiant devenu réalité en entreprise pour répondre à une problématique identifiée. Chaque année, l’Innovation Factory organise de nouveaux week-ends challenge pour initier les étudiants au marathon créatif et permettre aux entreprises d’identifier de nouvelles pistes et concepts innovants !

Découvrir les autres formats de projets étudiants-entreprises.

0

Collaborations étudiants - entreprises

Le jeudi 18 avril, l’Innovation Factory a donné rendez-vous à ses entreprises partenaires dans les locaux de la Web School Factory, pour participer à la troisième édition de son Antiforum : un événement unique qui casse les codes du forum-entreprises classique. Durant tout un après-midi, les étudiants de l’école de management du numérique se sont mobilisés pour proposer aux collaborateurs d’entreprises des ateliers ludiques afin de leur faire découvrir leurs talents, compétences et ambitions concernant leur orientation…

Le concours de pitch de collaborateurs d’entreprise ou comment convaincre le jury d’étudiants que son entreprise est la plus attractive. 

Une compétition un peu particulière, qui donne la parole aux collaborateurs d’entreprises, chargés de convaincre un jury composé d’étudiants, pour tenter de remporter le titre de meilleure entreprise.

Au programme de ce concours, deux rounds qui donnent respectivement la parole aux groupes Natixis, Société Générale, FDJ, 3F, Nexity, Bouygues Telecom, Kushim, Shadow, Engie, Accor, Euler Hermes, One PointetDeloitte. Tous les participants ont disposé de 5 minutes top chrono pour convaincre le jury. A la fin de leur passage, ils ont tous été invités à tourner la « roue de la fortune » pour tenter de remporter une journée de reverse mentoring avec des étudiants de La Web School Factory,  un module de cours ou même un « vie ma vie » qui invite un étudiant à suivre la journée d’un collaborateur au sein de son entreprise.

Après délibération en fin d’après-midi, le jury a désigné vainqueur de ce troisième concours de pitch le groupe FDJ, grand gagnant de l’année dernière ! Il est suivi de près par les entreprises One Point et Engie qui se classent à la deuxième et troisième marches du podium. Une belle place qui leur ont valu de remporter une médaille impressionnée en 3D par la cellule Fab Lab de La Web School Factory. « Je tiens à remercier infiniment tous les partenaires et remercier le jury. Je le dis comme aux étudiants, on ne peut pas avoir autant de gagnants que de gens qui passent. Il n’y a plus qu’à revenir l’année prochaine pour être le gagnant« , conclue Anne Lalou, Directrice de l’école et Présidente de l’Innovation Factory.


Des ateliers ludiques…. Et une battle Entreprise VS étudiant

L’Antiforum, c’est aussi des ateliers de jeux vidéo, réalité virtuelle, des démonstration de fab lab, un burger quizz made in Web School et une battle entreprise vs étudiant qui a donné la parole à deux étudiants et Valérie Goutard, Directrice Marketing à La Société Générale, venus donner leur point de vue sur leur définition de la start-up.





Pas d’AntiForum sans reverse recrutement

Le reverse recrutement est un moment d’échange où l’étudiant dévoile à l’entreprise sa fiche de poste idéal et les caractéristiques d’un bon environnement professionnel selon lui. C’est l’occasion pour les entreprises de comprendre ce qui motive ces jeunes talents du numérique et leurs attentes dans le milieu professionnel. Pour les étudiants, c’est l’opportunité de décrocher des stages et alternances et élargir leur réseau.




L’Antiforum en vidéo

Retour en vidéo sur les coulisses de cet événement unique, capturés par la cellule audiovisuelle de La Web School Factory. 


0

Collaborations étudiants - entreprises

L’Innovation Factory a notamment pour principales missions de développer les collaborations étudiants-entreprises pour favoriser la construction de projets numériques innovants. Cela se concrétise par la mise en place de projets avec son cœur étudiant, La Web School Factory et ses entreprises partenaires. Des projets, tel que le Week-End Challenge où pendant 36 heures, des équipes étudiantes doivent imaginer un projet viable et concret venant répondre à une problématique d’entreprise.

Du jeudi 04 au samedi 06 octobre, les étudiants des écoles Strate et PSB ont rejoint les équipes étudiantes de La Web School Factory, pour mixer leurs compétences en design, marketing et technologies numériques, et participer au premier Week-End Challenge de l’année, organisé avec le Groupe RATP, nouveau partenaire de l’Innovation Factory.

Comment améliorer l’expérience apportée aux voyageurs RATP ?

Durant deux jours, les étudiants ont été mis au défi de faire émerger des solutions innovantes pour améliorer l’expérience voyageur sur les réseaux du Groupe RATP.

Avant de débuter cet événement phare de l’année faisant partie intégrante de leur cursus, les étudiants ont été conviés jeudi soir au Hub RATP, lieu d’innovation du Groupe tout récemment inauguré. L’occasion pour chacun de prendre connaissance du brief, de comprendre l’écosystème RATP et de poser toutes leurs questions aux cadres dirigeants du Groupe.

Dès le lendemain matin, les équipes se sont retrouvées pour débuter ce marathon de la créativité dans les locaux de La Web School Factory. 36 heures de travail au compteur, le top départ était lancé ! Veille, enquête terrain, interview des voyageurs, questionnaires auprès des agents RATP, confrontation des premières idées, analyse du profil voyageur… Elles se sont toutes mobilisées à leur façon pour imaginer un projet innovant, intelligent et viable, venant répondre à la problématique RATP. Pour les aiguiller et aller plus loin dans leurs idées, les équipes étudiantes ont pu compter sur la présence de mentors, spécialisés en design, marketing et technologies numériques, qui comptaient parmi eux, deux anciens étudiants de La Web School Factory.

Le vendredi après-midi, à mi-parcours de leur travail de réflexion, chaque équipe est passée soutenir à l’oral son idéation de projet devant un jury intermédiaire, composé des acteurs de l’Innovation Factory. L’occasion pour elles d’identifier les améliorations à apporter avant la grande présentation finale du lendemain, samedi.

Après avoir passé la nuit à affiner leur projet, les étudiants se sont entraînés à l’art du pitch le samedi matin avec Marie-Laure Henry, Directrice des Relations Entreprises et Partenariats de l’Innovation Factory.

À 14h00, sonnait déjà l’heure de la confrontation avec le jury final, composé des cadres dirigeants du Groupe RATP. Nouvelle mission pour les étudiants : Soutenir tour-à-tour leur projet en sept minutes montre en main et répondre en trois minutes aux questions du jury. Après délibération du jury, Mathieu Dunant, Directeur de l’Innovation et Hiba Fares, Directrice du Pôle expérience clients, marketing et services du Groupe RATP, furent en chargent d’annoncer les gagnants : L’équipe 1 figurait en troisième place, suivie de près par l’équipe 3. L’équipe 5 est élue grande gagnante de ce Week-End Challenge ! Sans oublier le prix coup de cœur du staff de La Web School Factory, attribué à l’équipe 2 !

Bravo à tous pour ces beaux projets inspirants !

0

Collaborations étudiants - entreprises

Le 4 mai dernier s’est tenue la seconde édition de l’AntiForum de La Web School Factory. Cet événement unique qui casse les codes du Forum-Entreprises classique a mobilisé toutes les promotions étudiantes de La Web School mais également une bonne partie de nos entreprises partenaires, venues rencontrer et échanger avec ces jeunes talents du numérique. Focus sur une après-midi aussi complète que mémorable.

Des entreprises mobilisées sur un événement différent.

C’est autour d’un déjeuner-barbecue ensoleillé que les étudiants ont accueilli les entreprises partenaires. Les équipes managériales des sociétés 3F, AccorHotels, Dargaud, Deloitte, Engie, La Française des Jeux, Informatique Banque Populaire, Korian, Natixis, Nexity, One Point, SNCF et La Société Générale ont toutes répondu présentes à l’AntiForum. Il faut dire qu’après le succès de sa première édition, organisée en juin 2017, qui a notamment permis la naissance de l’Agence de Design Ephemeo et la signature de plus de la moitié des contrats de professionnalisation, l’AntiForum était attendu de tous.


L’estomac bien rempli et les premiers visages d’étudiants en tête, les entreprises se sont rapidement mobilisées autour d’un premier temps fort de l’après-midi : les Pitches des Entreprises.
Objectif : 5 minutes top chrono pour convaincre le jury d’étudiants que leur entreprise est la meilleure. Un exercice habituellement réservé aux étudiants, qui par leur formation à La Web School Factory, sont amenés à pitcher régulièrement des projets devant les entreprises. Mais à l’AntiForum les rôles sont inversés !

 

Autre temps fort de cette journée : l’organisation d’une battle Enteprises VS Etudiants  ! L’occasion pour un binôme d’étudiants et pour 2 collaborateurs de La Française des Jeux et Société Générale de débattre sur la thématique : « Manager la génération Y, quel enfer ! Mon manager est de la génération W (ou X), quelle horreur ! ». Un sujet qui a permis de mettre en évidence certains préjugés et d’identifier ce qui opposent et rassemblent ces générations et comment elles peuvent travailler ensemble.

Cette battle s’est suivie de sessions de Reverse Recrutement : l’occasion pour les étudiants de dévoiler aux entreprises de leur choix, leur fiche de poste idéal, leurs attentes et leur idée du monde du travail. De vrais moments d’échanges qui permettent aux étudiants de s’exercer de manière originale à l’entretien de motivation et d’espérer pouvoir décrocher des missions de stages, d’alternances et d’emplois, et à l’entreprise de déceler le profil des étudiants et les types de missions qu’ils cherchent à réaliser aujourd’hui.

L’AntiForum c’est aussi la découverte de talents extra-scolaires. A La Web School Factory, on ne manque pas d’idées pour divertir et séduire les entreprises : de la magie, des démonstrations Fab Lab, une exposition d’art numérique (Low Poly), des parties de jeux de société spécialement conçues pour cet événement, des compétitions de jeux vidéos à l’initiative des étudiants les plus joueurs, un atelier de Réalité Virtuelle ou encore des initiations au Segway… A chacun son atelier !

18h00 sonne l’heure de la révélation. Entre présentations version humoristique, version anti-pitch ou même #CasadePapel, quelle entreprise accédera au Podium des Pitches ? Nexity conservera-t-il son titre de gagnant ? C’est le jury d’étudiants qui est chargé d’annoncer les résultats…

Le 1er prix est attribué à La Française des Jeux, suivie de près par la SNCF, et One Point en troisième position ! Quant au coup de cœur du jury, il revient au Groupe Korian !

Bravo et merci à tous pour votre participation et pour le succès de cet AntiForum ! Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle édition ! 

0

Collaborations étudiants - entreprises

L’événement qui s’est déroulé du jeudi 08 au samedi 10 mars, a rassemblé les étudiants de La Web School Factory, composante étudiante de l’Innovation Factory, mais également les étudiants des écoles : Centrale Supélec, Paris School of Business, Hetic et Strate.

La présentation du brief

Jeudi 08 mars, 17H00. Les étudiants découvrent le sujet proposé par notre partenaire ENGIE et le week-end challenge peut officiellement démarrer. « Personne d’autre que vous n’est mieux placé pour inventer les usages que l’on peut faire de toutes ces technologies dans le nouveau monde », introduit Yves Le Gélard, Executive Vice President et Chief Digital Officer. Le partenaire annonce clairement les attentes de l’entreprise vis à vis de ce challenge !

36 heures de travail intensif par équipe

Après avoir découvert leur équipe et le sujet, les étudiants se retrouvent le lendemain matin dans les locaux de La Web School Factory pour démarrer un marathon de la créativité.

36 heures pour répondre à la problématique d’ENGIE, 7 minutes pour convaincre le jury : le compte à rebours est lancé ! Pour quelques uns, c’est leur tout premier week-end challenge, pour d’autres c’est une nouvelle occasion de se surpasser. Les équipent s’organisent entre veille, brainstorming, reformulation de la problématique, enquêtes terrain… et confrontation des premières idées. Des mentors spécialistes en Marketing, Technologies Numériques et Design, sont présents pour coacher les équipes jusqu’au jury intermédiaire de 18h00, où chaque équipe fait un point à mi-parcours sur l’avancée de son projet.

Samedi 10 mars, au petit matin, après une nuit blanche de travail, les étudiants règlent les derniers détails de leur présentation. C’est le dernier sprint, il faut finir dans les temps ! Anne Lalou, Directrice de La Web School Factory,  entraîne chacune des équipes sur son pitch avant l’arrivée du jury.

La confrontation avec le jury final

14h00. C’est l’heure de la confrontation avec le jury ENGIE. Les 12 équipes passent tour-à-tour à l’oral et présentent le fruit de leur travail et de leurs réflexions : des projets tous différents et tous novateurs pour répondre à la problématique de l’entreprise. Le jury délibère. Matthieu Pestel, Deputy Group CIO, Romain Petit, Lead Design et Caroline Fischer, Key Program Comfort@Home annoncent le podium de ce Week End Challenge.

Visionnez la vidéo ci-dessous pour découvrir les coulisses de ce week-end challenge ! 

0

Collaborations étudiants - entreprises

À l’origine de ce projet un peu fou et résolument novateur, il y a trois étudiants de La Web School Factory : Hippolyte Lenfant, Maylis Callier et Morgane Tanguy. Ces trois factoriens qui ont choisi la Majeure Design sont en 5ème et dernière année pendant laquelle ils se doivent de suivre leur cursus en apprentissage. Au lieu de répondre à une annonce et de réaliser les missions décrites dans la fiche de poste, ils ont décidé d’inventer leur alternance et de proposer eux-mêmes les missions qu’ils aimeraient réaliser. Focus sur une alternance hors norme et des alternants aussi proactifs qu’indépendants.

Inventer son alternance : au-delà de la volonté de bousculer les codes

Cette alternance d’un nouveau genre, elle s’est imposée à l’esprit de nos factoriens pour trois raisons, toutes très bonnes et toutes mûrement réfléchies.

Un trio de charme

D’abord, Hippolyte, Maylis et Morgane souhaitaient travailler ensemble. Et pas seulement par désir de ne pas se séparer. « On voulait vraiment faire quelque chose tous les trois » insiste Maylis, pour qui le trio a une réelle légitimité : « on a travaillé ensemble de nombreuses heures sur de nombreux projets ».

Morgane explique « on se connaît bien et on est complémentaire. On s’apporte énormément et on se remet en question l’un l’autre. Notre force vient aussi du fait que l’on n’évolue pas sur les mêmes terrains de jeux. Chacun a ses spécialités et domaines de prédilection ». Hippolyte s’intéresse beaucoup à la notion de plaisir dans le travail. Maylis est particulièrement sensible aux problématiques relevant de l’économie sociale et solidaire. Morgane envisage elle d’abord le travail comme une façon de découvrir les choses, d’apprendre, de tester, de faire des expériences.


Portraits des trois étudiants tirés de la plaquette de présentation d’Ephemeo



Une agence tous risques

C’est donc tout naturellement que les trois étudiants ont décidé de proposer leurs services en tant qu’agence.  « Une évidence qui justifiait aussi le fait qu’on soit trois ! Seul, le travail n’est pas faisable, à deux on n’est pas toujours d’accord, tandis qu’à trois il y en a toujours un pour départager » explique Hippolyte.

L’agence s’appelle Ephemeo. « On cherchait à mettre en avant le côté éphémère » précise Morgane qui poursuit « Eo, c’est une onomatopée qui renvoie à l’idée d’interpellation, de mouvement. Ça montre bien qu’on veut faire bouger les choses, aller de l’avant ».

« Une agence, c’était aussi une manière de légitimer notre offre » souligne Hippolyte qui reconnaît : « On leur proposait l’inconnu. Notre proposition reposait sur un discours un peu osé : engagez-nous, on va résoudre des problèmes, mais on verra plus tard lesquels et comment. »

Une vision grand angle

« Notre désir d’inventer notre alternance et de proposer à une entreprise de nous recruter sous la forme d’une agence interne est venu du fait que ce que nous recherchions, on ne nous le proposait pas » explique Hippolyte. Maylis précise « le design, ce n’est pas seulement du web graphisme et du design d’interface. On a tellement plus à offrir ». Morgane continue : « l’école nous a appris à faire plein de choses. On prépare un double diplôme : un diplôme en Management de l’Innovation du Numérique à La Web School Factory et un diplôme de Designer Industriel lié à notre Majeure, en partenariat avec l’école de Design Strate ».

Selon Morgane, « les entreprises ne savent pas ce qu’on fait et de quoi nous sommes capables de proposer, particulièrement en Design. On se vend comme des designers et pas comme des designers d’interface ou des designers web ». « Les solutions que nous proposons peuvent être web, physiques, mobiles, en fonction de la problématique » renchérit Maylis.

Faire accepter son projet : un défi relevé haut-la-main

Un projet pour combler le décalage entre les missions proposées et les aspirations des étudiants

Il existe, surtout en Design, un véritable décalage entre les attentes des entreprises et des étudiants qui ne se retrouvaient pas dans les fiches de poste qui leur étaient proposées.  Cela conduit à beaucoup de frustration qu’Hippolyte exprime ainsi : « On voulait faire passer le message à nos futurs employeurs qu’on pouvait les aider sur 100 % des choses que l’on sait faire et pas seulement sur les 10 % qu’ils nous proposent de faire ».

L’Anti-forum : les propositions des étudiants aux entreprises

Pour faire connaître leur travail et leurs compétences, les trois étudiants ont profité de l’Anti-forum, cet événement organisé par l’école, durant lequel les étudiants proposent des fiches de poste aux entreprises. Ils y ont présenté un catalogue de leurs prestations expliquant ce qu’ils étaient capables de faire, avec des exemples portant sur les problématiques des différentes sociétés présentes sur le forum.

Une société séduite par cette nouvelle forme d’alternance 

La réaction de la part de la Société Générale ne s’est pas faite attendre et Flore Jachimowicz, Directrice Associée à la direction de l’innovation du groupe Société Générale, aujourd’hui leur tutrice, a été séduite : « J’ai trouvé très intéressant d’expérimenter cette forme d’alternance et c’était possible avec La Web School Factory, donc on n’a pas hésité ».

Ephemeo à l’assaut du Plateau

Trouver sa place et sa fonction

L’alternance qui a démarré lé 16 octobre 2017 dure un an sous la tutelle de Flore Jachimowicz, à la direction du Pôle Innovation de la Société Générale, également en charge du Plateau, 1 000m2 dédiés à l’Open Innovation en mode start-up.

Pour la Responsable du Plateau et des Partenariats, « Ephemeo est une équipe ressource sur le Plateau à destination de ses résidents ». Le Plateau a pour objectif d’apporter des ressources aux équipes internes de la Société Générale pour accélérer leur projet.



Le mode de fonctionnement de la jeune agence

Les équipes de la Société Générale comme les start-ups hébergées sur le Plateau rentrent avec une problématique. Pour y répondre ils ont la possibilité d’entrer en contact avec Ephemeo qui répond comme une agence aux clients en interne.  « Ils organisent ateliers et animation d’atelier puis synthèse de livrable » explique Flore Jachimowicz.

Le rôle d’Ephemeo, c’est avant tout de « déconstruire la problématique, trouver des pistes de réflexion et aider ceux qui nous ont sollicités à formuler une réponse » précise Morgane, « surtout pour les start-ups et projets en train de se monter. Car pour les start-ups les plus avancées : on leur fait carrément déconstruire leur projet. On leur demande de réfléchir et de remettre en question tout ce qu’ils ont créé jusque-là (en quelques mois, quelques semaines ou quelques années selon le projet): pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi l’avoir fait de cette manière ? Pour qui ? », Maylis résume le rôle d’Ephemeo ainsi : « vérifier la cohérence entre le produit ou le service proposé et les personnes auxquelles ils s’adressent ».

Les réponses possibles d’Ephemeo à une problématique client sont très variées : organisation de workshop, ateliers de Design Thinking, travail de designer au sens graphiste du terme (formalisation de charte, travail sur l’identité de marque, design d’interface que ce soit appli mobile, site web ou print).

« Ils fonctionnent de manière assez autonomes » souligne leur tutrice d’alternance. « À eux de prendre le brief, de faire une proposition et de voir comment ils s’organisent et mettre en place des ateliers, workshops, etc. »

Les différentes missions remplies par Ephemeo

Ephemeo, depuis octobre 2017 a déjà rempli avec succès de nombreuses missions. Nos trois étudiants ont en premier lieu établi un catalogue de prestations qu’ils seraient susceptibles de remplir à destination des start-ups du Plateau. Ils ont également formalisé le kit de bienvenue des résidents sur le Plateau. Ils ont aussi répondu à plusieurs sollicitations de résidents. Par exemple, une start-up, avec leur aide, a complètement refondu sa charte graphique et son positionnement.

Ephemeo après 4 mois de présence sur le Plateau a déjà travaillé pour la branche assurance et la branche des risques, touchant ainsi plusieurs grands métiers du groupe.

« D’ici la fin de l’année, on va pas mal les faire travailler sur le soutien aux intrapreneurs dans le cadre de l’Internal Start-up Call » précise Flore Jachimowicz. « Ils auront un vrai rôle de soutien à prendre pour aider les équipes à concevoir et formaliser leurs offres de produits et services » explique-t-elle.

Ephemeo : le succès au rendez-vous

« Je n’ai que des bons retours. Les gens sont contents et ça se passe très bien » s’enthousiasme leur tutrice qui ne tarit pas d’éloges à propos des Factoriens : « Ils sont carrés et ont une formation très polyvalente. Ils touchent à tout avant de sélectionner leur Majeure et ça se ressent car ils ont une vision très transversale des problématiques. De plus, on sent qu’ils ont eux-mêmes pratiqué la facilitation dans leur scolarité, travaillé de façon très agile avec leurs professeurs. La qualité de l’enseignement est là aussi. Résultat : ils enrichissent les projets qu’on leur soumet avec une vision très rafraîchissante, ils challengent beaucoup les projets aussi. »

Ephemeo se dit « fière de tous ces bons retours et particulièrement heureuse de rencontrer de nouvelles personnes qui font appel à ses services grâce aux recommandations d’anciens participants ».

L’indépendance et l’autonomie des étudiants est aussi très appréciée de leur tutrice même si cette qualité doit aussi amener à rester vigilant. « Ils fonctionnent bien tous les trois et ça tourne bien donc il faut être attentif à garder le contact avec eux pour mener à bien sa mission de tuteur » précise Flore Jachimowicz.

0