Your address will show here +12 34 56 78
CFEE

Pour accompagner les étudiants et les collaborateurs d’entreprise dans une modalité d’innovation, l’Innovation Factory a créé CFEE : la formation en intrapreneuriat de 10 mois qui bouscule les codes de la formation professionnelle et académique. 


Parmi les diplômés, on retrouve Quentin Feret. Après quatre années à La Web School Factory en majeure Marketing, il intègre CFEE pour sa dernière année de formation où il a pu réaliser deux projets professionnels, notamment avec l’entreprise ODDO BHF. Fort de cette expérience d’intrapreneuriat et de gestion de projet, il a récemment collaboré avec les étudiants de l’Étape Design, au sein de leur agence étudiante qui répond à des problématiques d’entreprise : l’Agence Inclusive.

Hello Quentin ! Selon toi, pourquoi la formation CFEE s’est avérée être un bon choix pour une 5e année à La Web School Factory ?

CFEE fut l’occasion d’approfondir certaines notions abordées au cours des quatre années à La Web School, d’appréhender de nouvelles méthodes de travail et d’évoluer en mode projet. Comparable à un bac à sable, CFEE nous fait apprendre et progresser dans un domaine en étant créatif. Le terrain de jeu est ouvert pour appréhender des méthodologies qui nous plaisent afin de résoudre un problème rapidement et efficacement. Pour ma part, j’expérimente la facilitation graphique et le dessin pour faire comprendre les idées et accélérer la prise de décision. 

Que t’as apporté le cursus CFEE ? Quelles compétences te servent au quotidien ?

J’ai gagné en confiance grâce à la pratique. La Web School Factory m’a préparé au monde professionnel et CFEE m’a conforté dans l’idée que j’avais suffisamment les compétences et les capacités pour créer un projet avec une équipe. Issu initialement d’une majeure Marketing, j’ai pu améliorer mes compétences en design notamment l’UX. Depuis 5 ans, tous mes projets gravitent autour du numérique, je ne m’étais pas forcément rendu compte que dans le milieu professionnel certains ignorent des méthodes de travail ou ne comprennent pas certains termes. J’ai donc appris à être davantage pédagogue grâce aux divers échanges avec les collaborateurs. 

Tu es connu pour tes talents de dessinateurs, comment as tu mis à profit tes compétences créatives pour CFEE ? 

J’ai mis à contribution mes compétences pour les présentations car selon moi une illustration graphique vaut mille mots. Au lieu d’user un Powerpoint, j’illustrais notre projet par le dessin. Quant aux tests utilisateurs, on a constaté qu’expliquer le projet sous forme de bande dessinée facilitait la compréhension. Les utilisateurs étaient plus ouverts à l’interaction car notre approche était ludique. Le dessin est vraiment devenu ma marque de fabrique à CFEE. 

 

 

Qu’est ce que l’intrapreneuriat pour toi ? Quelles sont les différences majeures avec l’entrepreneuriat ? 


Je dirais que l’intrapreneuriat est une démarche d’entrepreneuriat interne à l’entreprise. En effet, l’intrapreneur est certes salarié, mais il peut apporter de la valeur à son entreprise en présentant une innovation qui peut se transformer en une nouvelle filière de l’entreprise. A l’inverse, l’entrepreneur est seul dans son projet et lui seul le fait vivre. C’est un statut vraiment différent, et personnellement je me sens plus à l’aise dans le rôle d’intrapreneur ! 

Des conseils pour nos étudiants de CFEE ? 


Selon moi il est primordial d’avoir des objectifs par semaine pour s’organiser et anticiper les rendus afin de se concentrer sur la phase d’UX et de maquettage, phases les plus complexes. Ensuite, malgré l’importance du numérique, il faut minimiser la collaboration par ordinateur car cela risque de freiner l’innovation. J’entends par là qu’il vaut mieux faire des ateliers créatifs pour stimuler la création que travailler sur des logiciels de collaboration. Cela nécessite de se réunir à hauteur d’une à deux fois par semaine autour d’ateliers de recherche et d’expérimentation. 

Cet été, tu as été mentor auprès des étudiants de l’Étape Design, peux-tu nous en dire plus sur ta mission ? 


Mon rôle était similaire à celui d’un chef de projet : je donnais le rythme pour encadrer au mieux les étudiants. Je communiquais la vision et les valeurs du client, etc. Par ailleurs, je leur ai transmis plusieurs outils ou des méthodologies pour faciliter leur travail. Mon expérience à l’Étape Design s’inscrivait tout naturellement dans la continuité de CFEE. Toutes mes compétences acquises à CFEE m’ont permis de manager au mieux les étudiants.

Quels projets avez-vous réalisé avec les étudiants ? 

Nous avons travaillé sur quatre projets durant deux mois et demi. La mission la plus challengeante était celle donnée par la RATP. Les étudiants devaient créer tous les visuels pour un événement en interne. Mon rôle était de manager les problématiques avec les clients, la deadline, la liberté de travail et les contraintes des étudiants. C’était une expérience très enrichissante ! 

Etudiant, intrapreneur, dessinateur, mentor… Et demain ? Quels sont tes projets ?

Pour l’instant j’ai divers projets sur le court comme le long terme. Dans un premier temps j’aimerais travailler dans

la gestion de projet et en faveur de l’intelligence collective.  Assimilable à CFEE, l’idée est d’épauler des collaborateurs dans leur démarche d’innovation par le biais de la conversation et d’ateliers. À choisir entre les quatre statuts, j’opterais donc pour la casquette d’intrapreneur !

Vous souhaitez en savoir plus sur l’univers créatif de Quentin ? Suivez-le sur sa page Instagram ! 

0

Rendez-vous partenaires

C’est un nouvel Open Day qui s’est déroulé avec nos entreprise partenaires ce mercredi 02 octobre. Cette demi-journée d’échanges est l’un des événements phares de l’Innovation Factory qui ne cesse d’élargir ses interventions pour traiter des sujets incontournables de l’innovation.

Organisé à la maison RATP, lieu d’innovation du Groupe, cet Open Day de rentrée dédié au sujet de la Blockchain a attiré partenaires de l’Innovation Factory, startups, experts, passionnés de digital et curieux, souhaitant en savoir toujours plus sur cette technologie de stockage et de transmission d’information. 

Nous avons pu compter sur la présence de Vincent Remon, Leader Solutions et Blockchain chez OnePoint, notre partenaire, pour animer le débat et apporter son expertise sur les différentes thématiques traitées.

Le déroulé de ce passionnant Open Day : 

Fondements et panorama de la Blockchain

  • Coding Days, l’organisme de formations professionnelles qui propose des ateliers de découverte et d’approfondissement sur la Blockchain, était présent pour nous ouvrir sur le sujet et nous donner de premiers conseils.

  • Pablo Valles, Consulting Lead chez ConsenSys, le studio de production de projets Blockchain lancé d’abord en 2014 à New-York, nous a offert un panorama des grandes tendances « réalistes » dans l’utilisation de la Blockchain : « Aujourd’hui vous êtes connecté(e)s à-peu-près à 200 services en ligne et vous avez autant d’identités numériques ».


Quelles utilisations de la Blockchain ? 

« Le but aujourd’hui pour la Blockchain est de créer des solutions opérables dans toutes les activités » @Arnaud Grisard, COO chez OWNEST

Vincent Pignon, Fondateur et PDG du Groupe Wecan, nous est venu tout droit de la Suisse pour nous présenter plusieurs cas d’usage de la Blockchain et notamment au sein des domaines d’activités du vin, du luxe et de la médecine. Un discours qui s’est orienté sur les 3 marques du Groupe, Wecan TokenizeWecan Accelerate et Wecan Fund, qui proposent respectivement une offre permettant de transformer n’importe quel actif en token, une plateforme de compétences blockchains et une une solution de crowdfunding.

La Blockchain illustrée jusque dans la transition énergétique, c’est ce que nous a fait comprendre Julien Bourdette, CTO chez TEO (The Energy Origin), une start-up incubée au sein du Groupe Engie qui apporte de la transparence sur l’origine de l’électricité verte grâce à la Blockchain. 


  •  

« Au-delà des cas d’usages métiers, il y a des sociétés qui tendent à simplifier les codes de la Blockchain » @Vincent Remon, Leader Solutions et Blockchain chez OnePoint

Blockchain Studio, est né d’un projet chez Engie avec cette volonté d’infuser auprès des collaborateurs ce qu’était la blockchain. Aujourd’hui, cette start-up, présentée par son fondateur Corentin Denoeud, propose un outil, permettant de gérer la connexion entre l’entreprise et la Blockchain elle-même, et à n’importe quel développeur de gérer la sécurité, les outils de compliance et les coûts. 

Chez Ownestla technologie Blockchain est utilisée pour rétablir la confiance dans la supplychain. Son application va apporter un contrôle de la transparence et une responsabilisation sur le terrain, et son dashboard va suivre les actions en temps réel pour le manager. 

  • Quelles problématiques pour la Blockchain ? Quelle législation ? Xavier Lavayssière, Blockchain Regulation Researcher et Entrepreneur a clôturer cet Open Day sur les aspects légaux et cultures de cette technologie et clôturer.




Merci à tous pour votre venue et le succès de cet OpenDay !

 

0