Your address will show here +12 34 56 78
Collaborations étudiants - entreprises
Inventé par une équipe d’étudiants de l’Innovation Factory lors d’un WE Challenge en partenariat avec Accor, le chariot connecté est peut-être l’objet qui révolutionnera le travail des femmes de chambre ces 30 prochaines années.

Accor est partenaire de l’Innovation Factory et à ce titre, participe aux WE Challenge où les étudiants du cluster numérique sont confrontés aux problématiques de terrain. En décembre 2012, Accor présente aux étudiants de l’Innovation Factory sa stratégie 3.0 basée sur l’Open Innovation. À eux ensuite de réfléchir et proposer des projets en adéquation avec les problématiques évoquées.

La présentation aux étudiants des grands enjeux de la stratégie 3.0 du groupe Accorhotels au siège. Le brief est simple : réinventer les codes du parcours client dans l’hôtellerie. S’ensuit alors 36 heures de travail en équipe, de créativité débordante, d’un enthousiasme et d’une implication sans failles. La transformation digitale est à l’oeuvre. Le chariot connecté va voir le jour

Inventer un chariot connecté : mode d’emploi

Nicolas Tridemy, Alexandre Serrano et Abdelhamid Henni sont étudiants à La Web School Factory. Comme les autres participants au Challenge, ils ont attentivement écouté l’exposé des grands axes de réflexion qui doivent porter la politique digitale du groupe ces prochaines années Sébastien Bazin souhaite « repenser la place du digital tout au long du parcours client »

Pour Laurent Idrac, Directeur des services informatiques d’Accor, c’est au moment de partir à la conquête du terrain que la différence entre les étudiants s’est opérée « La majorité des équipes a travaillé sur le côté client, mais une équipe a eu l’idée d’interroger des femmes de chambre. Celles-ci ont mentionné que le travail sur papier n’était pas optimal. Les étudiants ont également pris en compte le fait qu’une partie du personnel ne sait pas bien lire ou écrire le français. C’est comme ça que l’idée d’un chariot connecté leur est venue ! »

Les étudiants se rendent dans un hôtel du groupe. Alors que tous les autres étudiants observent l’hotel, discutent avec le management, Abdelhamid Henni entend des femme de chambre discuter entre elles et prononcer quelques mots en arabe. Cette langue lui est familière, il s’approche et entame la discussion. Il les questionne sur leur travail, les difficultés qu’elles rencontrent, où des améliorations pourraient être apportées. Abdelhamid en parle avec son équipe. L’idée d’un chariot intelligent qui pourrait faciliter le travail de ces femme de chambre et fluidifier le process de cleaning de l’hôtel fait surface.

Ce projet de chariot connecté correspond aux attentes des groupes hôteliers qui ont aujourd’hui besoin d’une plus grande agilité dans les process et d’un nouvel élan technologique et digital

« Jusqu’il y à quatre-cinq ans, la technologie était aux mains des ingénieurs. Depuis, les designers ont pris le pouvoir, c’est une révolution majeure. Aujourd’hui, on pense d’abord au client et ses besoins. Pour l’hôtellerie, la priorité est de développer une technologie intuitive dans les hôtels. »

 La confrontation Jury/Projet “chariot connecté

Le samedi après-midi, Nicolas, Alexandre et Abdelhamid présentent leur projet de chariot connecté devant leurs camarades et surtout, devant le jury composé de directeurs du groupe Accor parmi lesquels CEO, CFO, CTO, Directeur marketing, directeur des ventes directes et bien sûr Anne Lalou, directeur de l’Innovation Factory

Le board Accor est enthousiasmé, tout comme l’ensemble du jury. Sébastien Bazin, PDG du groupe Accor et membre du jury qui a participé au choix des vainqueurs ne manque pas de féliciter la team gagnante et demande tout de suite à tester l’idée. Le groupe Accor devient le principal soutien du chariot connecté. Un prototype est lancé. Le projet est né !

Les trois inventeurs ont présenté leur projet de chariot connecté à Anne Hidalgo, maire de Paris, lors de l’inauguration du Campus en novembre 2014
Le chariot connecté est un chariot doté d’un dispositif qui permet d’optimiser le parcours et donc le quotidien d’une femme de chambre. Il lui permet d’envoyer des messages quand il faut réparer un objet, mais aussi commander des fournitures pour une chambre ou un étage. Il est également relié à des capteurs installés dans la chambre qui détectent fuites d’eau ou ampoules défectueuses. C’est donc un outil de renseignement en temps réel sur les besoins de maintenance et la disponibilité (ou non) de la chambre

Le chariot connecté fait des émules dans les rangs de la direction comme du côté des femmes de chambre. D’ici à ce qu’on l’appelle le “chariot préféré”, il n’y a qu’un pas ! Les femmes de chambre sont en effet conquises par le chariot connecté, tout comme le management. Simple, efficace, cet outil leur permet de qui partager facilement des informations avec la réception ou encore l’équipe logistique.

 « Cette innovation concerne un personnel qui n’est pas structurellement connecté, et qui est en mobilité dans l’hôtel. C’est donc un vrai changement et nous comptons le développer si les tests s’avèrent concluants. 

 Le chariot à la conquête du monde ?

Aujourd’hui, le chariot connecté est en phase de test au Novotel Pont de Sèvres à Paris. Une trentaine de chambres est désormais équipée de capteurs. Le trouvera-t-on demain dans tous les hôtels du groupe ? Peut-être  Pour Laurent Idrac, »Le chariot connecté symbolise surtout la nouvelle posture du groupe, très volontariste sur l’innovation.

Le projet “Chariot connecté” signe un des premiers grands partenariats entre une grande entreprise et l‘Innovation Factory. Une première collaboration à la hauteur de l’ambition affichée par Anne Lalou pour l’Innovation Factory  « Participer à la transformation numérique de tout notre tissu industriel et pouvoir permettre à tous nos jeunes de prendre le pouvoir sur leur avenir. »
0

Interviews Partenaires
Française des Jeux/Innovation Factory : un partenariat qui compte.

 

Le 7 octobre 2015, la Française des Jeux annonce son partenariat avec l’Innovation Factory et la Web School Factory lors de la présentation de son projet stratégique « FDJ 2020, vision augmentée » dans les locaux du 1er cluster numérique de Paris.

“La Française des Jeux sera un partenaire associé à l’Innovation Factory pour trois ans et participera à la réalisation de projets avec les étudiants” déclare Stéphane Pallez, Présidente-Directrice Générale de la Française des Jeux.

Cette annonce de partenariat entre la Française des Jeux et l’Innovation Factory intervient en même temps que celle du partenariat avec Google France et Asmodée.

Travailler avec la nouvelle génération.

 

L’innovation Factory développe autour de son cœur étudiant, la Web School Factory, un pôle d’excellence numérique ouvert, favorisant les échanges entre entreprises, étudiants et starts-ups. Stéphane Pallez, Présidente-Directrice Générale de la Française des Jeux l’a bien compris, elle qui compte sur ce partenariat pour “inclure les générations futures dans nos projets et nos organisations car nous sommes tous convaincus que c’est notre graal !”

Un lieu atypique, peuplé de digital natives !

Le partenariat passera donc par la jeunesse à travers les écoles du campus mais aussi par le lieu en lui-même, perçu comme “l’ébauche d’une plate-forme de partage avec les générations futures”. La Française des Jeux transportera en effet “régulièrement l’entreprise au cœur de cette nouvelle grande école de management du numérique qu’est la Web School Factory pour écouter directement et travailler avec ces jeunes générations” indique Stéphane Pallez.

De nombreux événements ont déjà eu lieu avec les étudiants, d’autres sont en cours, d’autres à venir.

1er octobre 2015 : « Anti-Master Class ». Les étudiants ont « challengé » pendant 2h le parcours d’inscription du site fdj.fr

1er semestre de l’année scolaire 2015–2016 : Sessions de Reverse mentoring. Les étudiants dispensent leur savoir à des cadres du Comex de la FDJ, dont Stéphane Pallez.

Février 2016 : organisation d’un « Mid-week Challenge » . Pendant 36h, des équipes d’étudiants travailleront sur une problématique liée à l’innovation numérique et proposeront des idées concrètes.

Développer une démarche d’Open Innovation

Le partenariat entre la Française des Jeux et l’Innovation Factory est aussi, selon Stéphane Pallez, l’occasion pour la Française des Jeux « d’intégrer l’écosystème de la Web School Factory qui a de nombreux partenaires, notamment parmi les startups ».

Un Lab en partenariat avec Asmodée.

« Forts de nos expertises et, en partenariat avec les étudiants de la Web School Factory qui sont au cœur de l’Innovation Factory, nous avons créé un Lab afin de développer des concepts de jeux innovants et d’explorer les nouvelles opportunités offertes par les plateformes digitales. »

Ce laboratoire dont le lancement a eu lieu début janvier 2016, permet aux deux partenaires d’accélérer la digitalisation de leurs catalogue de jeux, un élément clef de leur transformation numérique.

En effet, “avec le Gaming Lab, Asmodée renforce sa collaboration avec l’Innovation Factory, cluster et campus parisien dédié à l’open innovation numérique” indique Stéphane Carville.

 

« Avec Asmodée, nous pourrons penser à des sujets de co-travail, de co-création, à du co-développement.”

Un partenariat pour l’avenir, pour la Française des Jeux comme pour l’Innovation Factory

« Nous sommes fiers et ravis d’élargir notre cercle d’entreprises partenaires pour accueillir la Française des Jeux et contribuer à co-construire son offre de demain avec ces digitaux natifs que sont les étudiants de La Web School Factory. »


Pour Anne Lalou, “À l’heure où le numérique investit tous les secteurs de l’économie et en est un véritable moteur de croissance, il importe de développer le plus de partenariats possibles car l’ouverture et l’hybridation permettent à nos étudiants de s’enrichir tout au long de leur cursus.”

Selon elle, “le fait que sur un même lieu se côtoient des grandes entreprises, des start-ups, des coworkers, un labo, crée l’état d’esprit d’open innovation et de co-construction qui fait la richesse de l’éco-système numérique.”

Ils étaient bien présents le jour de l’annonce du partenariat et ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme. Thomas Moretau, étudiant en 1ère année a apprécié la présentation de la Française des Jeux qui lui a “permis de découvrir plus en détail cette société, et surtout ses ambitions pour son développement dans le numérique.” Victor Paoli, lui aussi étudiant en 1ère année a apprécié d’assister à une soirée presse. Il garde en tête sa conversation avec Florentin Mascarell, responsable de l’un des incubateurs innovation de la Française des Jeux.

C’est grâce à tous ces échanges avec le monde des entreprises que les étudiants de La Web School Factory acquièrent expertise, transversalité et agilité” nous confirme Anne Lalou qui insiste sur cette “ volonté d’immersion professionnelle de nos étudiants, futurs managers ou entrepreneurs digitaux. » De ce point de vue, le partenariat à peine signé, le pari est déjà relevé.

0

Interviews Partenaires

« Travailler différemment en intégrant un écosystème innovant qui mêle des entreprises de toutes tailles, de jeunes start-ups, des étudiants. »

Pourquoi ce partenariat du groupe Accor avec l’Innovation Factory ?

En 2012 j’ai rencontré, grâce à Sophie Stabile, Anne Lalou qui m’a parlé de l’Innovation Factory. L’idée d’un partenariat est venue très naturellement. Je l’ai tout de suite perçue comme une opportunité. À l’époque, je rentrais des États-Unis et étais profondément surpris de constater comme les choses allaient lentement en France. Accor était en pleine relance de son processus d’idéation. Ce partenariat était le meilleur moyen de travailler différemment en intégrant un écosystème innovant qui mêle des entreprises de toutes tailles, de jeunes start-ups, des étudiants.

Quelles motivations ont été à l’origine de votre partenariat avec l’Innovation Factory ?

Les valeurs de Accor sont tout à fait en phase avec celles de l’Innovation Factory. Le groupe Accor a toujours innové, que ce soit en matière de produits ou d’expériences clients. Ce qui nous importe : casser les codes. L’Innovation Factory nous aide aujourd’hui dans cette démarche, elle nous apporte une partie de ce qui nous manquait. Nous avons choisi d’établir ce partenariat plutôt que de créer des structures de R&D et Innovation en interne pas seulement pour une question de coût ; mais surtout parce que ce type de partenariat crée une agilité, une ouverture que nous n’aurions pas eues en interne.

Quels projets concrets on déjà été mis en place avec l’Innovation Factory ? Sur quels types d’évènements ? Avec quels résultats ?

Les Week-End Challenges sont pour nous de grands moments, de vraies bouffées d’oxygène qui nous permettent de regarder les choses différemment. Les étudiants réfléchissent durant 36 heures sur un projet, nous proposent des concepts qui peuvent ensuite être mis en œuvre avec des partenaires, c’est réellement enrichissant. Je pense notamment au projet « Chariot connecté » qui est né durant l’un de ces Week-End Challenges. Les étudiants nous ont proposé l’idée. Notre travail avec eux durant l’été et une start-up rencontré dans le cadre de l’Innovation Factory a permis de créer un prototype actuellement en phase de test dans des hôtels du groupe. Ce genre d’évènements débouche sur des avancées très concrètes et accélère certains processus.

« Ce partenariat crée une agilité, une ouverture que nous n’aurions pas eues en interne » 

 


Les activités autour des sujets de veille sont également un pilier de notre partenariat avec l’Innovation Factory. Ces moments d’échange, comme notre récentInnovation Tour en Israël ou à Shenzhen en Chine, nous poussent à sortir de notre écosystème et nous apportent une vision globale de ce qui se passe en France et à l’international en matière d’innovation.

À quel moment, sur quel projet, vous êtes-vous dit que ce partenariat était vraiment une bonne chose ?

En outre, les Week-End Challenge créent une véritable émulation également en interne. Ce type d’événement fédère le personnel. Le fait que Sébastien Bazin, le président y participe en tant que membre du jury y est sans doute pour beaucoup. Mais on constate un engouement en interne pour cette initiative qui séduit par son côté ludique et innovant. Les collaborateurs voudraient y participer aussi et nous disent : « Pourquoi pas nous ? Je veux jouer moi aussi ». Le travail n’est plus perçu comme tel, il devient un jeu, un espace où exprimer sa créativité.

Jusqu’à maintenant, ce partenariat a-t-il répondu à vos attentes ? Pourquoi ?

Le partenariat Accor / Innovation Factory est un élément important de la transformation de notre groupe, une des composantes de notre évolution. Nous sommes très satisfaits de ce partenariat qui remplit parfaitement les objectifs que nous nous étions fixés :

Accélérer l’innovation
Provoquer des moments de partage et d’échanges

L’Innovation Factory est un catalyseur. Ce partenariat nous permet de sortir du cadre et favorise l’innovation : soit en rencontrant d’autres personnes, soit en plaçant nos équipes dans un autre contexte. Cette ouverture crée une dynamique hyper porteuse en matière d’innovation.

« Je dirais que l’Innovation Factory, c’est un grain de sable dans l’huître, à nous d’en faire la perle. »

 

 

Et demain ? Qu’est-ce-que vous imaginez pour le futur ?

Dans le futur, on voudrait continuer ce que l’on fait aujourd’hui ! Mais nous pensons aussi à développer nos collaborations avec les différents partenaires de l’Innovation Factory, éventuellement développer un système de mentoring entre les grandes entreprises et les start-ups comme cela existe dans la Silicon Valley. Et puis, bien sûr, on pense aussi aux étudiants. Pour l’instant, aucune promo n’est encore sortie des bancs de l’école. Mais on compte sur la venue de jeunes talents dans notre entreprise. Nous aimerions également développer notre collaboration avec l’ensemble des écoles présentes sur le campus de l’Innovation Factory, et avec les étudiants de l’école de journalisme par exemple.

 

0

Rendez-vous partenaires

Les Open Days sont des demi-journées entièrement dédiées et réservées aux partenaires de l’Innovation Factory. Au programme, un sujet clé dans le domaine du numérique et la rencontre avec les acteurs du moment et notamment les startups innovantes concernées.

Le 25 septembre 2015 a été un Open Day un peu particulier. Organisé au Novotel Pont de Sèvres afin de découvrir en live le Chariot Connecté d’Accor, cette journée d’échanges et de rencontres avait pour objectif de donner la parole à nos partenaires. À travers la présentation de l’un de leurs nouveaux projets, ils ont contribué à mettre en lumière les grandes tendances de l’innovation.

 

Une ouverture sur l’entreprise : de nouveaux partenaires

 

La journée a débuté par la présentation des nouveaux partenaires de l’Innovation Factory par Anne Lalou. La Française des Jeux, Sodexo, Icade et Informatique Banque Populaire ont rejoint le groupe des entreprises partenaires du premier cluster numérique de Paris. Une info très retweetée !

 

Une ouverture sur l’actualité : le crédit impôt recherche et l’apprentissage font leur entrée à l’Innovation Factory

Les partenaires de l’innovation Factory pourront désormais bénéficier du Crédit Impôt Recherche.

Autre nouveauté : l’Innovation Factory s’ouvre à l’apprentissage. Les étudiants de 5ème année seront en alternance afin de tourner encore davantage leur formation vers l’action. Le lien permanent entre « apprendre » et « faire » est au cœur même des enseignements de la Web School Factory. L’apprentissage en est un exemple supplémentaire.

Une ouverture sur l’avenir : les tendances de l’innovation

Romain Lavault de Partech a présenté les grandes tendances de cette fin d’année en matière d’innovation à travers 5 start-ups.

Leurs caractéristiques : 

Elles pèsent très lourd très vite et sont parmi les entreprises les mieux valorisées. Leur philosophie -la réinvention des métiers sans biens- s’attaque à tous les secteurs.

 

Une ouverture sur un écosystème dynamique : les partenaires font leur show

Le chariot connecté Accor
 

L’Open Day du 25 septembre s’est déroulé au Novotel Pont de Sèvres pour la présentation par Accor du chariot connecté conçu par des étudiants de l’Innovation Factory lors d’un WE Challenge.

Le dispositif de Chariot connecté a fait son entrée dans les hôtels d’Accor à travers un POC. En plus d’indiquer l’état de la chambre (do not disturb, cleaning…), il permet également de détecter des anomalies de consommation (eau, électricité)

La course virtuelle PMU

PMU a présenté son Race Tracking System sous l’oeil émerveillé des participants de l’openday. L’idée est simple : enrichir l’expérience des parieurs et événementialiser le spectacle des courses à l’aide d’un dispositif connecté. Chaque parieur peut suivre sa course, selon un angle et des informations préalablement choisis. Ou quand le pari devient alors expérientiel…

 
La gamification avec la Banque populaire

Objectif de la Banque populaire : attirer le jeune public

Sa solution : Des applications qui jouent la carte de la gamification comme Picsoo, une application pour sensibiliser à l’univers et au vocabulaire de la banque destinée aux 6–10 ans.

 
L’agence immobilière digitale de Nexity

L’idée : créer un concept store afin de favoriser la relation et l’échange entre les métiers de l’immobilier.

Objectif : dépoussiérer l’expérience client en agence.

Nexity travaille avec les étudiants de la Webschool Factory sur un parcours client — la vitrine digitale — à travers des écrans d’animation qui fournissent des données ou permettent de voir des biens.

Le projet MyWarner de Warner Bros

L’idée est d’introduire la notion de communauté sur le site de Warner Bros. L’utilisateur deviendrait alors créateur de contenus. Sur la base d’un certains nombre de hashtags sur les réseaux sociaux comme twitter et instagram, Warner va agréger du contenu sur le site pour remettre l’utilisateur au centre du site.

Échanges, partage, convivialité et humour ont rythmé cette journée au nom très évocateur. OpenDay, vous avez dit ?

 

0